Lundi 16 mai 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Kiosque arabe  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Ils seront délivrés progressivement
Le permis biométrique et la carte grise électronique mis en circulation dès cette année


Vu le volume des permis de conduire biométriques et des cartes électroniques d’immatriculation dites communément «cartes grises» devant être mis en circulation à partir de la fin de l’année en cours et qui s’élève à près de 22 millions de pièces, l’opération devrait s’étaler sur 4 ou 5 ans, estime le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.
Lyas Hallas - Alger (Le Soir) - Le chef de projet du «permis de conduire biométrique et électronique et de la carte électronique d’immatriculation des véhicules» au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales Lyes Mahieddine a présenté ces deux nouveaux documents hier à la presse au siège de la Direction générale de la modernisation, de la documentation et des archives sis à Dély Ibrahim. Il a annoncé qu’ils seront mis en circulation à partir de la fin de l’année 2016.
Le ministère de l’Intérieur n’a pas encore arrêté le calendrier de la fabrication et la mise en circulation de ces deux nouveaux documents. Vu le volume des pièces devant être fabriquées, personnalisées et délivrées aux citoyens, a-t-il souligné, l’opération devrait s’étaler sur 4 ou 5 ans. «Il y a 22 millions de permis et cartes grises à mettre en circulation. Le ministère ne fabrique pas les spécimens mais sous-traite cette fabrication. A notre niveau, nous les personnalisons en introduisant les informations qu’ils doivent contenir.
Si on arrive à produire 4 à 5 millions par an, nous devrons mettre 4 à 5 ans pour achever l’opération», a-t-il indiqué.
En effet, les supports pré-personnalisés, a-t-il noté, seront fabriqués par l’imprimerie officielle en collaboration avec l’entreprise privée HB Technologies.
Lyes Mahieddine qui a expliqué que ces deux documents, et au-delà des facilitations qu’ils vont introduire dans la vie courante des citoyens, intègrent et un système global de sécurité routière. «Actuellement, les mesures de sécurité sont dispersées ce qui les rend inefficaces.
Ce projet, de par la centralisation des informations, va donner plus de cohérence à la gestion globale de la sécurité routière», a-t-il noté. Quant à la carte nationale d’identité, il a rappelé que le processus est en marche avec la mise en circulation des cartes des candidats à l’examen du bac prévu en juin prochain, il se poursuivra progressivement et parallèlement avec celui du permis de conduire et de la carte grise.
L. H.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site