Lundi 30 mai 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Analyse
Kiosque arabe  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Régions : UN COLLOQUE LUI A ÉTÉ CONSACRÉ RÉCEMMENT À L’INPED DE BOUMERDÈS
Management : le modèle algérien à l’état embryonnaire


«Aujourd’hui, l’Algérie pour progresser économiquement n’a pas besoin d’une nouvelle théorie économique mais d’un modèle de management autonome», lit-on dans le texte introduisant le colloque intitulé «Quels modèles de management pour l’Algérie» organisé par l’Inped (Institut national de la productivité et du développement industriel) de Boumerdès.
Ce conclave conçu et animé par deux spécialistes du management, connus mondialement, les professeurs Tayeb Hafsi (Hec Montréal) et Bachir Mazouz (Enap Québec) en l’occurrence, avait posé la problématique en ces termes «Les théories économiques les plus élaborées butent toujours sur les capacités des acteurs à les mettre en vie. Les pays qui ont réussi le mieux en la matière, le Japon ou Taïwan dans les années 1970/1990, la Corée du Sud, la Malaisie, la Chine de nos jours, avaient tous une capacité managériale qui reposait sur un modèle spécifique.» En fait, existe-t-il un modèle algérien de management ? La question se pose, comme on vient de le voir, dans le cercle des chercheurs dans ce domaine mais également au sein de la corporation des managers des grandes entreprises, privées notamment. Pour notre part, nous l’avons posée au professeur Tayeb Hafsi, lequel, à l’invitation de l’Inped que dirige Fouzia Osmani a animé, aux côtés du professeur Bachir Mazouz (Enap Québec), ce conclave.
Pour le professeur Hafsi, ce modèle algérien existe, c’est indéniable, mais il est, d’après lui, «un modèle algérien naissant». Pour lui, ce modèle se construit sur les valeurs universelles, comme la gestion des finances de l’Entreprise, qui sont immuables et les valeurs culturelles spécifiques à l’Algérie.
Avant d’ouvrir cette perspective pour la gouvernance de l’entreprise algérienne, le professeur Hafsi fait une petite rétrospective de cette entreprise algérienne. «Honnêtement, il faut prendre ça avec précaution. On parle d’éléments d’informations qui sont encore embryonnaires mais systématiques. Nous travaillons sur une vingtaine d’entreprises privées algériennes. Ce qui nous permet de dégager des éléments palpables à ce sujet mais à prendre tout de même avec précaution», nous confiera-t-il.
Il nous explique, par ailleurs, que le comportement ambitieux de certains entrepreneurs algériens est un argument concret sur des capacités managériales de ces entreprises privées. «Il y a tout de même deux éléments très importants. Quand on parle de modèle d’affaires, on parle de la concurrence et de la capacité des entreprises à être compétitives. Comment ces entreprises abordent la concurrence ? Toutes les entreprises que nous avons vues ne veulent pas se contenter de garder leurs parts du marché. La plupart de ces entreprises ont des ambitions qui vont au-delà du marché national. Elles se construisent comme si elles allaient en compétition avec des entreprises plus grandes. Certaines se comparent avec des entreprises européennes alors qu’elles pataugent dans des difficultés de tous les jours. Mais elles prennent des décisions qui vont dans ce sens : elles font de la certification internationale, elles vont chercher les meilleures ressources en matière de management pour les aider.»

Des capacités de management à puiser dans la liberté d’entreprendre
Résoudre les problèmes familiaux qui sont, parfois, sources de difficultés, les entrepreneurs veulent trouver des conseils pour les régler. Cependant, la famille, dans sa conception culturelle, reste une valeur fondamentale dans la constitution du management de l’entreprise privée algérienne. Le professeur Hafsi met en exergue cette donnée. «Effectivement, le plus grand problème de l’entreprise privée algérienne est d’ordre familial. En plus de cela, les entreprises privées algériennes sont enracinées dans les valeurs du pays. Ces valeurs les poussent à avoir des comportements spécifiques. Ce qui leur donne un avantage qui se concrétisera par l’augmentation de la coopération à l’intérieur de l’entreprise et leurs capacités à être compétitives. C’est cet aspect qui est, à mon avis, porteur du futur.» Mais l’environnement économique du pays n’est pas, pour l’heure, favorable de l’entreprise privée, comme vecteur principal du pays dans la production des richesses et de la valeur ajoutée. Notre interlocuteur le déplore.
«C’est vrai, nous sommes dans un pays où l’on ne sait pas ce qui va se passer demain. Le comportement de l’Etat et des institutions sont turbulents et il y a beaucoup d’incertitudes. La préoccupation de l’argent est secondaire. La plupart des chefs d’entreprises s’intéressent à la communauté et ce qu’ils peuvent faire dans le domaine de la solidarité. L’acteur principal en Algérie doit être l’entreprise et je ne comprends pas pourquoi l’université ne sort pas pour étudier cette entreprise. Le modèle algérien est naissant. Il faut surtout aider l’entreprise à mieux factionner. L’Etat peut faire beaucoup mieux mais actuellement et, je suis désolé de le constater, cet Etat est le principal frein du développement de l’entreprise. Il n’y a pas une volonté de freiner mais il y a une incompréhension. Il est urgent de laisser les entreprises de travailler, elles n’ont pas besoin d’argent mais d’un environnement sain. L’Etat n’a pas besoin de dire que tous les entrepreneurs sont des voleurs, ce n’est pas normal. L’Etat doit valoriser les entreprises aux yeux de la population.»
Abachi L.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site