Lundi 30 mai 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Analyse
Kiosque arabe  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Exportations hors hydrocarbures
La filière africaine explorée


Y a-t-il un avenir certain pour un véritable partenariat arabo-africain dans le domaine économique et commercial ? C’est à cette question que des participants à la conférence sur le partenariat arabo-africain ont tenté de répondre hier. La conférence, qui se tient en marge de la Foire internationale d’Alger, a passé en revue «le dispositif de financement des exportations de produits arabes vers les pays de l’Afrique subsaharienne.

Abder Bettache - Alger (Le Soir)
- La rencontre, organisée par Algex en partenariat avec la Banque arabe pour le développement économique en Afrique, vise selon ses initiateurs «à contribuer au développement de la coopération économique, financière et technique arabo-africaine». Lors de cette rencontre, hommes d’affaires algériens et africains ont échangé des points de vue sur les possibilités de partenariat. Au total, des représentants d’une dizaine de pays africains dont le Sénégal, le Gabon, la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Mali ont pris part à cette rencontre. Une rencontre dont l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex) a voulu en faire une opportunité pour le «développement et l’exportation algérienne hors hydrocarbures».
«Lors de cette rencontre, Algex contribue à la promotion des produits algériens à travers l’accompagnement des entreprises algériennes dans les foires et salons internationaux dont africains. Elle propose aussi aux entreprises des mises en relations d’affaires et des contacts avec les importateurs étrangers pour développer leurs relations commerciales et trouver des débouchés pour leurs produits sur les marchés étrangers d’une manière générale, et africains d’une manière particulière», dit-on.
Selon plusieurs intervenants, «l'Algérie a d'excellentes relations diplomatiques et politiques avec les pays africains, mais en économie, ces relations n'ont pas été capitalisées. La rencontre d’aujourd’hui, qui regroupe des représentants de dix pays africains avec leurs homologues algériens, a pour but de hisser nos relations économiques et retisser des partenariats importants».
Cela dit, à l’issue de cette rencontre, plusieurs contrats entre entreprises algériennes et africaines seront signés et seront accompagnés dans le cadre d’un financement assuré par la Banque arabe pour le développement économique de l’Afrique (Badea). «L’objectif recherché est de faciliter les échanges de paiement entre importateurs et exportateurs vers le marché africain, notamment en ce qui concerne le rapatriement ou l’expédition de l’argent qui constitue un blocage pour les exportateurs algériens», a expliqué Chetti, le patron d’Algex.
A. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site