Jeudi 30 juin 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Contribution
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
Tuer pour Allah !


Par Malika Boussouf
[email protected]

Il est des jours comme ça où l’on a la désagréable sensation de ne plus entendre que cela ! C’est là que l’on se retrouve aux prises avec la sempiternelle question de savoir si les jeunes qui le disent en ces termes ont réellement conscience de ce à quoi ils participent.
C’est lorsque s’impose à nous l’image de ces jeunes filles et jeunes garçons pas encore ou à peine sortis de l’adolescence fuyant le cocon familial pour s’en aller troquer leur vie contre un idéal sublimé à l’extrême, que notre impuissance à arrêter cette monstrueuse machine qui en fait des zombies devient encore plus difficile à admettre. La légèreté avec laquelle toutes et tous racontent que c’est pour servir le message d’Allah qu’ils s’en vont tuer est désespérante. L’image de ce garçon, dont les parents pleurent la rupture avec le milieu dans lequel il baignait, est pathétique.
Il fixe, comme dans un état d’exaltation extrême, la caméra du journaliste qui s’adresse à lui et annone les quelques phrases rudimentaires adoptées pour mieux atteindre cette volupté qui l’habite lorsqu’il s’exprime dans «la langue du Coran» : «Inchallah, machallah, bismillah, Allah akbar, Allah a dit, il faut tuer les mécréants qui ne sont pas dans le droit chemin.» Un langage qui résume à lui seul toute l’indigence du zombie en question. Le seul, en fait qui leur soit accessible surtout qu’on ne leur en demande pas tant quand d’autres sont là pour orienter leur mode de réflexion et que la seule utilité qu’ils ont c’est celle de servir de chair à canon. Il aurait pu être le mien d’enfant ou le vôtre. Dans un regard perdu qui recherche celui approbateur de l’émir qui a autorisé la rencontre à des fins de propagande et qui ne se tient jamais bien loin de là, il livre le fond de son tout nouveau mode de pensée. Sur un ton qui se veut ferme, il révèle, parce que l’on aura réussi à l’en convaincre, que c’est Allah qui lui tient le bras, qui appuie sur la gâchette et tire pour lui et qu’il a donc la bénédiction suprême.
Et voilà la formulation idéale censée innocenter l’acte barbare qu’il a commis et lui donner une première assurance qui l’aidera à commettre les prochains.
M. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site