Jeudi 30 juin 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Contribution
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Sports : Transfert de Ghislain Guessain à l’USMA
R. Haddad a-t-il bravé l’interdit de la FAF ?


L’USM Alger a conclu mardi le transfert de l’attaquant franco-ivoirien du RC Arbaâ, Ghislain Konan Guessain. Le joueur de 24 ans a signé un contrat de prêt jusqu’à la fin de son contrat professionnel dans le championnat algérien, soit jusqu’en juin 2017.
Le Franco-Ivoirien était à l’essai ces derniers jours en France où l’AJ Auxerre, promue en Ligue 1, le voulait tout comme Valenciennes, Nîmes et Troyes en Ligue 2, mais aussi des clubs allemands et turcs. L’échec de ses essais a fait revenir cet attaquant, auteur de 10 buts en 22 matchs la saison dernière au sein du RCA, en Algérie. Un come-back qui semble soulever des interrogations quant à la faisabilité de ce transfert. En effet, en juillet 2015, la FAF avait, par le biais d’un communiqué sanctionnant une réunion de son bureau fédéral, annoncé la fin des recrutements de joueurs étrangers en Ligue 1 Mobilis, seul championnat à se voir accorder cette faveur faut-il le souligner. Les équipes des divisions inférieures ayant perdu ce «privilège» dès lors que la FAF a lancé le projet de professionnalisme. Le communiqué de la FAF, daté du 25 juillet 2015, justifiait l’interdit de recourir au recrutement de footballeurs étrangers par les clubs professionnels par les «difficultés financières, de l’impossibilité d’obtenir des devises légalement pour payer les salaires, indemnités de formation et de solidarité des joueurs étrangers ainsi que devant les agissements de certains agents de joueurs et autres acteurs du football peu scrupuleux». Une mesure qui a fait grincer des dents parmi les principaux clubs de la Ligue 1 empêchés de fouiner dans le circuit international de nouvelles recrues. «Aucun recrutement de joueurs étrangers ne sera autorisé à partir de la prochaine date de signature», a confirmé ledit texte publié sur le site de la FAF qui précisera que les joueurs dont les contrats sont valables «pourront jouer jusqu’à la fin de leur engagement avec le club.» Avec la relégation du RC Arbaâ en Ligue 2 à l’issue de l’exercice 2015-2016, Ghislain Guessan n’était plus éligible à évoluer en Algérie.

Cafouillage à la LFP
Le cas de Ghislain Guessan n’est pas l’exception puisque le Guinéen de l’USM Blida, autre équipe à être reléguée en Ligue 2, Ibrahim Khalil Sylla, est similaire dans la forme. A savoir que Sylla, signataire en juillet 2015 d’un contrat de deux ans (jusqu’en juin 2017) avec l’USMB ne peut plus évoluer en Algérie. S’il est vrai que Sylla (28 ans) n’a rien prouvé depuis qu’il a rejoint le championnat d’Algérie en 2011(MCS, USMH, MCA et USMB), son dossier est aussi défendable que celui du Franco-Ivoirien enrôlé par l’USMA sous forme de prêt. Explications : un responsable de la LFP contacté par nos soins, qui a tenu d’abord à préciser que «Guessain n’est pas de nationalité algérienne comme écrit par erreur sur le site de la Ligue (hier, on a eu droit à un tripotage en règle de la page consacrée aux clubs, ndlr)», a soulevé les conséquences d’une «expulsion sportive» de ce footballeur. «Imaginez que le joueur ne veut pas partir, qui ne peut pas jouer dans un club rétrogradé et qui saisit les instances pour rupture abusive du contrat ?», nous confiera cette source autorisée. Un aveu qui renvoie sur la justesse, le poids juridique, de la mesure d’interdire aux étrangers d’évoluer dans le championnat algérien prise en juillet de l’année dernière. A la fin de l’exercice 2015-2016, ils étaient 13 étrangers encore sous contrat. Certains l’étaient jusqu’en 2019 (ceux de la JSS, ndlr) alors que d’autres, Diawara et Malo, peuvent être transférés en Egypte. Notre interlocuteur cite l’exemple de Tam-Beng, le Camerounais du MCEE transféré au DRB Tadjenanet pour expliquer la «réglementarité» de la transaction entre le RCA, propriétaire légal du joueur Guessain, et l’USMA, son nouvel employeur. Et d’ajouter que «pour nous, ce n’est pas une nouvelle recrue du moment qu’on ne nous demande pas de nouvelle CIT (Carte internationale de transfert, ndlr) par système TMS.» Sur la forme, le président de l’USMA, Rebbouh Haddad, ne semble pas avoir bravé l’interdit de la FAF. L’affaire Ghislain Guessain ouvre la brèche à toutes les spéculations à propos d’un «prêt» pas comme les autres…
M. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site