Dimanche 31 juillet 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Et à la fin, il ne restera que Tayeb !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
A quoi reconnaît-on l’avion de la délégation russe en
partance pour Rio et les Jeux olympiques ? Même en…

… panne de carburant, il continue
de voler !

En Turquie, c’est le branle-bas de combat chez les pigeons ! Il se dit que le très démocrate et le très très Président civil Erdogan compte limoger tous les pigeons qui fientent sur les grandes villes du pays. Il soupçonne ces maudits volatiles de travailler pour le méchant, très très méchant opposant Fethullah Gülen. Des filets géants auraient déjà été disposés de part en part des principales places turques, dont la plus connue Taksim, afin de procéder à des rafles à grande échelle des pigeons. En théorie, le ciblage des pigeons turcs par Erdogan devrait rassurer les moineaux et les étourneaux qui, une fois les pigeons disparus, pourraient enfin vivre paisiblement dans ce pays. En théorie seulement. Parce qu’en pratique, ce n’est pas le cas ! Ces autres espèces craignent de figurer elles aussi dans la liste des purges tous azimuts entamées par le très très démocrate et civil Président de la Turquie. Dans un premier temps, les informations faisant état de l’arrestation effective de millions de pigeons, leur anéantissement, en attendant celle des moineaux et étourneaux, a fait craindre le pire aux zoologues, botanistes et autres spécialistes de l’interaction des espèces. Réunis en secret, dans une cave en bordure du Bosphore, ces experts ont émis du bout de leurs lèvres auto-cousues l’hypothèse d’une prolifération rapide et dangereuse des vers, des insectes et autres bestioles entrant dans le cycle alimentaire des pigeons, des moineaux et des étourneaux. Et oui ! Forcément ! En l’absence des prédateurs, les espèces proies voient leur nombre augmenter, faute de régulation naturelle. Mais la police, en intervenant dans la cave suite à des renseignements obtenus de manière très civile dans les milieux interlopes de l’ornithologie turque ont tenu à rassurer : les vers luisants, les moucherons et autres cibles préférées des pigeons, des moineaux et des étourneaux seront également raflés, et mis hors d’état de nuire. Et donc, la question qui tue aujourd’hui, c’est celle-là, s’agissant de l’avenir de la Turquie : que vont devenir les employés chargés jusque-là de nettoyer les fientes de pigeons des toits et murs de la Grande Mosquée bleue ? Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 3039

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger le journal en zip

     

Le soir videos

 



 
Video sur Youtube    

Dernier sondage 
Pensez-vous que Sonatrach doit maintenir une position ferme face à la compagnie française Total ?
Oui : 75,80%
Non : 14,80%
Sans opinion : 9,40%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site