Samedi 6 août 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le soir numérique & Sat
Culture
Contribution
Lettre de province  
Soit dit en passant  
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Sports : Contribution
…Et maintenant !


«Rien ne sert de courir, il faut partir à point !»
(La Fontaine)
Ce ne sont pas malheureusement tous les clubs qui ont pu mettre les bouchées doubles pour que tout soit prêt le jour «J». Quelques uns ont certes parfaitement «réussi» leur aventure en se taillant la part du lion du marché des transferts, mais pas d’autres qui doivent encore attendre… pour être fixés. Si ce mercato d’été n’a pas été donc bénéfique pour tout le monde, il aura été en revanche plus instructif qu’il n’y paraissait, en ce qu’il a montré que si les choses peuvent aller bien pour les uns, elles ne le sont pas forcément pour les autres qui doivent, on l’a vu, se débrouiller tous seuls pour apporter des solutions aux problèmes qui leur sont posés. Les habitués au faste continuent à être les mieux servis. Et on ne semble pas déroger à la règle puisque les gros calibres de la L1 à l’image du MCA nous donnent la preuve que l’on s’y applique merveilleusement. Alors que des formations comme El Harrach, Relizane, l’Arbaâ et bien d’autres risquent le purgatoire si elles ne se libèrent pas de leurs «obligations». Le MCA et le revenant Ghrib sont très en verve. Tout pratiquement leur sourit. Et M. Ghrib en est-il le pourvoyeur ? En tout cas il montre qu’il n’a rien perdu de son engagement quand il s’agit de défendre avec les moyens qui lui sont propres les idées qui font avancer. Et voilàdonc un Mouloudia d’Alger version 2016-2017 plus à l’aise qu’il ne l’était précédemment. En club fortement alimenté, le MCA a la certitude d’être totalement à l’abri du moindre bobo. Depuis le coup d’envoi de cette opération, toutes les formations se sont mises à fonctionner à la vitesse V. Parcours difficilement surmontable pour quelques unes d’entre elles dont la prospection n’a pas eu lieu dans de bonnes conditions. Nombre de clubs tant en L1 qu’en L2 peinent à trouver leurs marques dans cet environnement où tout leur parait hostile. Peut-être se sentent-ils moins bien traités que d’autres sur le plan de la finance ? Les choses en tout cas n’ont pas pu aller comme tout le monde l’aurait souhaité. Les plus touchés (USMH, RCR, RCA, OM, etc.) seront mis à rude épreuve. L’inquiétude est là. Elle s’y installe, il faut se dire que les choses risquent d’aller mal. Suivre son destin en victime résignée encourage la fatalité à prendre place durablement. Se redéployer, c’est aussi un moyen pour conjurer ce sort qui tend sourdement à envier les uns et pas les autres. Le désir d’une équipe ambitieuse est de conserver des chances intactes en dépit des faibles moyens dont elle dispose. Elle doit de surcroît multiplier les efforts (le mercato étant clos) et se trouver l’énergie nécessaire pour s’assurer un début de championnat moins pénible. Et puis n’est-ce pas là une chance à saisir pour bien grandir, en indépendant, en autonome ? Une question : une équipe richement alimentée peut-elle mieux faire qu’une autre dont les moyens sont en dessous de ce que l’on peut normalement espérer ? Nous avons déjà vu que certains clubs mieux dotés que d’autres n’ont pu faire mieux. Le MCA, le CSC, l’ESS pour ne citer que ceux-là ont mis sur la balance (2015-2016) des sommes d’argent faramineuses pour terminer médiocrement. Le Mouloudia d’Alger a été certes moins mauvais que les autres en s’octroyant la Coupe d’Algérie mais à quel prix ? Pour cette saison 2016-2017, il en met incontestablement le double. D’ailleurs son offensive en matière de recrutement a défrayé la chronique ! On dirait que le MCA s’active à reproduire un concept à l’instar des grands clubs européens qui consiste à se parer des meilleurs atours pour mieux éblouir. Un championnat qui s’annonce donc tambour battant avec à l’affiche des clubs superbement motivés qui se donneront la réplique dans de chaudes empoignades. Avec un MCA ostensiblement pourvu tant en joueurs qu’en encadrement, une place au podium sera chèrement payée. Et tant mieux pour ce championnat qui nous a habitués à moins bien que ça. Sans conteste, le Mouloudia d’Alger se lance dans une course à la démesure. Une question, que seraient les conséquences si les résultats ne suivaient pas ? Il faut y penser ! En tout cas cette formation continue à concentrer l’attention, suivie du CS Constantine, de l’ES Sétif, de L’USM d’Alger, de la JS Kabylie et du MC Oran qui aspirent elles aussi à mieux .Un championnat prometteur à plus d’un titre. Annoncé haut en couleurs. Des épreuves à haut risque où le faux pas n’est guère permis. L’argent engagé est important pour ne pas le permettre, l’enjeu aussi. Comme dirait l’autre ça fait des années que ça dure, il n’y a pas de raisons que ça s’arrête. Un rituel immuable dont nous nous sommes aisément habitués.
Abderrahmane Zerouati

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site