Samedi 5 novembre 2016
Accueil | Edition du jour
 

Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Culture
Le soir numérique et Sat
Régions
Soirmagazine
Lettre de province
Soit dit en passant  
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
Prier pour de pauvres pécheurs !


Par Malika Boussouf
[email protected]

Il est des jours comme ça où, à défaut de courir au secours de fidèles en mal d’espace de prière, on imagine qu’il serait bien, pour les réconforter, de les inviter à venir se prosterner dans la nôtre.
Entendez par là cette future imposante réalisation, censée témoigner de la grandeur d’âme d’un Président qui, pourtant, n’ira pas y solliciter la clémence divine, faute de pouvoir le faire.
Les fidèles étrangers au secours desquels on se sera précipité viendraient, alors, côtoyer, entre autres, une partie de notre jeunesse qui, en panne de structuration, voire d’inspiration, se sera laissée gagner par une soumission à une force protectrice sublimée. L’objectif étant, toujours, de conclure un accord avec le Créateur ou de nouer des rapports privilégiés avec Lui.
Ceux qui, dans quelques années, relateront les faits qui auront émaillé leur passé ou celui des leurs livreront un contenu inspiré par une évolution perturbée dont ils regarderont encore défiler les images à jamais inscrites dans une part d’histoire faite de violence ici et, parfois, de sérénité retrouvée ailleurs. Lorsque l’on parle à présent de paix, on fait référence à celle physique. Parce que l’autre, la mentale, si elle ne nous semble pas à jamais compromise ne laisse, pour l’instant, pas beaucoup d’espoir quant à sa reconquête. Lorsque chacun d’entre nous évoque, aujourd’hui, une certaine accalmie en suggérant une espèce de retour à la raison, il réalise qu’il est impossible de faire l’impasse sur ce que nous autres Algériens avons cumulé comme deuils et renoncements. On ne vit pas ce que l’Algérie a traversé du nord au sud et d’est en ouest sans en porter à jamais les stigmates.
En parler réveille régulièrement en moi le souvenir d’une solidarité humaine extérieure qui s’est refusée à nous à quelques exceptions près, tandis qu’elle se développait et grandissait de façon fabuleuse entre Algériens. Tout cela pour dire cette stupéfaction qu’inspire l’image de musulmans dans la tourmente qui courent se planquer à la mosquée au lieu de tendre la main à d’autres âmes en peine de gîte, de couvert et de sécurité.
M. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site