Mardi 3 janvier 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
Contribution
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
Encore une Djemila face à l’intolérable !


Par Malika Boussouf
[email protected]
Il est des jours comme ça où lorsqu’une Djemila, plus jeune, conteste, dans l’ombre spirituelle de ses aînées, l’enfermement des femmes et la mainmise intégriste sur leur liberté, on se doit de saluer la continuité de l’engagement des nôtres. Nous avons, en Algérie, l’habitude que nos femmes montent au créneau dès qu’un danger pressant menace le pays. Quand elles sont ailleurs, elles le font aussi ! Comme par réflexe ! Il y a quelques semaines, j’ai parlé de l’inlassable combat mené par Djemila Benhabib contre l’intégrisme musulman et ses relais qui sévissent au Canada, son pays d’adoption. Pour avoir comparé l’enseignement dispensé dans certaines écoles à «de l’endoctrinement digne d’un camp militaire en Afghanistan ou au Pakistan», les écoles musulmanes de Montréal, soutenues financièrement par le gouvernement québécois, ont déposé une plainte contre elle.
Peine perdue, puisque, à la mi-décembre, la Cour supérieure de justice de Montréal a tranché en sa faveur. Lorsque la jeune auteure a émigré au Canada, dans l’espoir de renouer avec la paix et la sécurité, elle a vite compris que son exil ne serait pas celui dont elle rêvait. Loin du pays qui a bercé son enfance, elle va réaliser l’étendue des dégâts faits au monde par un islamisme agressif qui fleurit au cœur de démocraties dont il se nourrit des lois. La bête immonde qui sait les torts que peuvent lui causer les témoignages de militants des droits humains est à l’affût de la moindre vérité qui nuirait à son image.
Au regard de la menace désormais permanente qui pèse sur la planète, il importe peu que Djemila se dresse contre leurs agissements à l’autre bout du monde. Cela ne me déplaît pas que, blindée par ce qu’elle a vécu ici, le monde découvre, à travers ses interventions, ce que les Algériens ont enduré dans un isolement total et injuste pendant plus d’une décennie. Témoigner des risques encourus lorsque la complaisance plaide en faveur de fossoyeurs de la démocratie ! Il n’y a plus, aujourd’hui, de terre à défendre en exclusivité. Là où le mal prend racine et se propage, il n’a aucun scrupule à tout détruire sur son passage.
M. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site