Mardi 3 janvier 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
Contribution
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : LE NOMBRE DES DÉCÈS SUR LA ROUTE EN BAISSE
Sous le seuil des 4 000 morts


Ahmed Naït El Hocine, directeur du Centre national de prévention et de la sécurité routière, a indiqué, hier, à la radio, que le bilan de 2016 est «encourageant» pour pérenniser cette tendance de baisse des indices de la sécurité routière.
Naouel Boukir - Alger (Le Soir)
- Selon lui, l’année 2016 a été moins meurtrière que la précédente s’agissant des hécatombes routières. Durant les 11 derniers mois de 2016, on a enregistré 27 168 accidents de la circulation, soit une baisse significative de moins de 17,48% comparativement à 2015. Des accidents qui se sont soldés par la mort de 3 718 personnes (549 vies épargnées) et
41 544 blessés, soit 10 903 de moins que ceux observés habituellement au cours des cinq dernières années. C’est également pour la première fois depuis cinq ans que le nombre des décès ne franchit pas le seuil «fatidique» des 4 000, a souligné l’intervenant. Il rappelle à ce propos que 35% des accidents routiers sont causés, principalement, par les jeunes conducteurs de moins de 29 ans. Parallèlement, 15% de ceux-ci sont à imputer au phénomène de somnolence au volant.
Selon lui, c’est toute la politique et l’organisation routière qui est revue pour cette année. Il s’agit de l’introduction d’un système modulaire de sécurité qui allie des mesures de nature éducative et coercitive avec l’introduction du permis à points notamment dont la totalité des retranchements pourrait, prévient-il, aller jusqu’à l’invalidation de ce document. Un facteur qui, à son sens, encouragerait largement les conducteurs à plus de vigilance et de respect du code la route. D’autres dispositions sont également entrées en vigueur depuis ce 1er janvier, à savoir la hausse de certaines amendes. Parmi elles, les amendes forfaitaires pour les infractions de 4e classe, dites «génératrices d’accidents», qui sont revues à hauteur de 5 000 dinars en tant que valeur minorée et à 7 000 pour une valeur majorée dans le cas de non- paiement dans les délais prévus par la loi. Conjointement à ces sanctions d’ordre pécuniaire, A. Naït El Hocine a indiqué la mise en place prochaine de mesures répressives à l’encontre des conducteurs de véhicules de transport de voyageurs et de marchandises (poids lourds) contrevenant à la durée légale de travail et dont l’état de somnolence est à l’origine de sanglants accidents.
N. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site