Samedi 28 janvier 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Soirmagazine  
Letre de province  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : L’INTERSYNDICALE DE LA FONCTION PUBLIQUE REPREND SA CONTESTATION
Quatre sit-in régionaux aujourd’hui


L’Intersyndicale autonome de la Fonction publique reprend sa contestation contre la loi sur la retraite en changeant, cela dit, de tactique.
Mohamed Kebci - Alger (Le Soir) - Des rassemblements au nombre de quatre sont, en effet, prévus simultanément à Blida pour le centre, Oran pour l’ouest, Batna pour l’est et enfin, Ouargla pour le sud du pays, aujourd’hui samedi. Une action et un choix du jour qui obéissent au souci de ne pas impacter sur la scolarité des élèves. Surtout que les mouvements de débrayage cycliques des mois d’octobre et novembre écoulés ont suscité la levée de boucliers des parents d’élèves et d’autres acteurs politiques. Car, comme le soutenait, hier, Méziane Mériane, si ces sit-in étaient programmés un jour autre que le week-end, cela voudrait dire un appel indirect à une grève car on ne peut se rendre à ces rassemblements sans abandonner son poste de travail. Ce qui n’a pas été décidé lors de la dernière réunion de l’Intersyndicale qui pourrait revoir son ancien modèle de protestation lors de sa réunion prévue le 4 février prochain pour évaluer l’impact de ces sit-in et de la campagne de collecte des signatures pour l’abrogation par le président de la République de cette loi sur la retraite. Une Intersyndicale qui espère que le ministre du Travail, de l’Emploi et de la sécurité sociale matérialise son engagement fait publiquement lors de la réunion «inédite » qu’il a eue avec elle, aux côtés du secrétaire général de la Centrale syndicale, il n’y a pas longtemps, pour l’ouverture du dialogue. Et il n’y a pas, pour elle, meilleure preuve de sincérité que l’association des syndicats autonomes au projet de loi portant code du travail.
Pour le coordinateur du Snapest, cette réunion avec Mohamed El Ghazi aurait dû intervenir en amont, soit bien avant que l’Intersyndicale n’enclenche sa dynamique de dénonciation du projet de loi sur la retraite. Une réunion qui, précisera-t-il, «n’a pas porté sur la plateforme de revendications de l’Intersyndicale».
Pour rappel, l’Intersyndicale autonome de la Fonction publique a observé deux cycles de grèves hebdomadaires en octobre et novembre derniers, ponctués de rassemblements régionaux et d’un rassemblement national avorté devant le siège de l’Assemblée populaire nationale, le 27 novembre dernier, soit le jour où les débats parlementaires autour de cet indésirable projet de loi sur la retraite étaient entamés et ce, avant son adoption, le 30 novembre, avec, faut-il le souligner, le vote, contre, des députés du PT et du FJD alors que ceux du FFS ont boycotté la séance de vote.
Un texte qui «coupe la poire en deux», avec un amendement présenté par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, sur «orientation» du président de la République, prévoyant une période transitoire de deux années pour accorder le droit de bénéficier de la pension de retraite aux travailleurs âgés de 58 ans et plus en 2017 et de 59 ans en 2018 et ayant totalisé au moins 32 années de service effectif.
Un amendement pas du goût des syndicats autonomes qui refusent catégoriquement à ce que l’on touche au droit de départ à une retraite anticipée ou à une retraite proportionnelle.
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site