Lundi 30 janvier 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Nouvelle
Kiosque arabe  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


50 nuances de transparence !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
France ! Fillon épinglé pour avoir fait travailler sa
femme en tant qu’attachée parlementaire. Purée ! Et
en plus, il …

… l’attachait ! Quel pervers !

Qu’est-ce qui a changé entre la déclaration faite lors du précédent scrutin et que l’on pourrait résumer ainsi : «le vote sera transparent», et cette autre déclaration faite il y a quelques heures seulement, laquelle pourrait se résumer de la sorte : «le vote sera transparent» ? Beaucoup de choses ont changé ! D’abord, la météo ! Oui M’sieur, la météo. Je me souviens très bien que lors des élections précédant cette législative qui arrive, il faisait beau. Un magnifique soleil presque indécent d’éclat pour un mois de janvier. Rien à voir avec le sale temps de ce janvier-ci, pluie, neige et froidure ayant marqué la déclaration de transparence 2017 ! Il y a aussi le ton ! Je me rappelle avec précision que le ministre de l’Intérieur de l’époque avait prononcé l’adjectif «transparent» en n’appuyant pas sur une des syllabes plus particulièrement. C’était dit sur un ton monocorde. Par contre, cette fois-ci, celui qui officie au scrutin a fortement labialisé le «Trans» par rapport au «Parent». Je rappelle aux profanes que le processus linguistique de labialisation permet de capter mieux l’attention, de la renforcer et d’agir plus efficacement sur le récepteur du message. J’ai également noté cette différence de taille : lors de la première déclaration de transparence, les Verts étaient mieux classés en Afrique et dans le monde, et avaient même fait trembler l’Allemagne. Avec la récente affirmation de transparence, celle de 2017, les choses se sont sensiblement gâtées pour l’équipe nationale. Ça ne remet pas en cause fondamentalement les intentions de transparence, la bonne foi et la volonté réelle de respecter cette promesse électorale, mais au final, ça me permet à moi d’arriver à boucler ma chronique. Ce qui n’est pas rien ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 2923

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger le journal en zip

     

Le soir videos

 



 
Video sur Youtube    

Dernier sondage 
Pensez-vous que les prochaines élections législatives permettront l’instauration d’un réel
débat politique en Algérie ?
Oui : 4,90%
Non : 93%
Sans opinion : 2,10%

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site