Dimanche 19 mars 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Sports  
Ici mieux que là-bas  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : ELLES COMPTENT REDÉPLOYER LEUR PARTENARIAT VERS L’OFFSHORE ET LES ÉNERGIES RENOUVELABLES
Sonatrach et ENI tournent la page


De notre envoyé à Bir Rebaâ, Lyas Hallas
Six ans après l’éclatement du scandale qui a décapité leurs managements respectifs, Sonatrach et ENI tournent cette page de leur histoire à la faveur de nouveaux partenariats qui se déploient vers le domaine des énergies renouvelables. En signe d’estime, le géant énergétique italien a tenu une réunion de son conseil d’administration hier à Bir Rebaâ.
C’est la première centrale de 10 mégawatts qui devrait servir de projet pilote à Sonatrach pour en construire plusieurs autres afin d’approvisionner ses installations pétro-gazières en électricité. Et la compagnie nationale a choisi le champ pétrolier exploité en partenariat avec Agip, filiale de la compagnie italienne ENI, à Bir Rebaâ Nord (BRN) dans la wilaya de Ouargla, non loin de la frontière avec la Tunisie, surtout pour sa symbolique. Puisque le projet de BRN a été lancé en 1995 en pleine tourmente où l’investissement en Algérie n’intéressait personne à cause des problèmes de sécurité.
Hier, le P-dg de Sonatrach, Amine Mazouzi, et son homologue italien, l’administrateur délégué d’ENI, Claudio Descalzi, ont ainsi posé la première pierre du projet de réalisation de cette centrale photovoltaïque qui devrait utiliser 32 000 panneaux solaires pour économiser six millions de mètres cubes de gaz. C’était aussi l’occasion pour le conseil d’administration de la compagnie italienne de se réunir en Algérie et exprimer l’excellence du partenariat de sa compagnie avec Sonatrach. «La tenue du conseil d’administration de la compagnie qui a réuni aujourd’hui (hier, ndlr) à Bir Rebaâ Nord son top management pour la première fois en dehors d’Italie, était un geste qui montre l’intérêt que voue ENI à sa coopération avec Sonatrach», a déclaré Claudio Descalzi. Et d’indiquer que «ENI a investi en Algérie 11 milliards d’euros depuis 2010, soit, a-t-il souligné, 30% de l’ensemble des investissements réalisés dans le pays durant cette période».

Un joint-venture pour les énergies renouvelables
En effet, la centrale photovoltaïque de BRN, qui sera mise en service à la fin de l’année en cours et qui fournira une bonne partie des besoins en électricité dudit champ pétrolier, est la première réalisation émanant de l’accord signé entre les deux géants énergétiques en novembre 2016 pour développer, ensemble, les énergies renouvelables. «Nous allons créer un joint-venture pour réaliser des centrales photovoltaïques à travers toutes nos installations», a précisé Amine Mazouzi. «En plus du double avantage économique de réduire les coûts énergétiques de production et dégager d’importantes quantités de gaz à reverser sur le marché domestique ou à exporter, le laboratoire de recherche annexe à cette centrale photovoltaïque nous permettra d’identifier les technologies les plus adaptées à la production de l’électricité photovoltaïque dans le sud de l’Algérie. C’est un vrai projet social citoyen avec tout ce que cela entend de respect de l’environnement, etc.», a estimé Claudio Descalzi.
Un partenariat à travers lequel Sonatrach et ENI comptent tourner la page des scandales de corruption qui, il y a six ans, ont décapité leurs managements respectifs et terni leur image à cause de procédures judiciaires à rebondissements, en Algérie comme en Italie, lesquelles n’ont toujours pas connu leur épilogue. Elles font désormais bloc pour redéployer leur partenariat dans les énergies renouvelables. D’abord à travers les centrales photovoltaïques qui approvisionneront les installations pétro-gazières. Ensuite en prenant part dans le programme national que s’apprête à lancer l’Etat algérien.
Un programme de 4 000 mégawatts répartis sur une trentaine de projets qui associeront des partenaires nationaux et étrangers suivant la règle 51/49 et où Sonatrach est appelée à prendre 40% de parts dans toutes les associations. «Nous sommes en train d’étudier les opportunités avec notre partenaire Sonatrach», a révélé Claudio Descalzi.
D’ailleurs, et comme l’a souligné Claudio Descalzi, le projet de la centrale photovoltaïque de Bir Rebaâ Nord inclut la mise en place d’un laboratoire de développement et d’expérimentation des nouvelles technologies dans le domaine des énergies renouvelables justement.

«Aligner le prix du gaz pour pouvoir le vendre»
Il convient enfin de souligner que la tenue de la réunion du conseil d’administration de l’ENI en Algérie intervient au moment où des négociations entre les deux partenaires sur la révision des prix du gaz sont en cours. C’était pour montrer que les deux compagnies sont sur la même longueur d’onde à ce sujet puisque les propos attribués la semaine dernière à l’administrateur délégué de l’ENI ont froissé le management de Sonatrach et créé la confusion.
Ce geste vient donc clarifier les choses et consolider le pacte entre les deux partenaires. En marge de la pose de la première pierre de la centrale de BRN, Claudio Descalzi était explicite : «Nous sommes liés avec Sonatrach par des contrats de long terme indexant le prix du gaz sur celui du pétrole. Mais, pour pouvoir le vendre sur le marché européen, nous devons aligner nos prix sur ceux pratiqués sur les hubs européens.» Et à Mazouzi de conclure : «Nous révisons les prix régulièrement, presque chaque année, en fonction de l’évolution du marché et de l’intérêt commun.» Dans le même contexte, l’administrateur délégué de l’ENI a noté que Sonatrach a exprimé son intention d’exploiter le potentiel de gaz algérien en offshore et cette opportunité fait partie également des projets à développer à l’avenir. «Nous avons identifié des projets que nous pouvions développer ensemble dans au moins trois pays. Mais, à cause de la chute des prix du pétrole qui a amené les compagnies à revoir leurs plans d’investissement à la baisse, Sonatrach a priorisé l’investissement en Algérie», a rappelé Descalzi.
L. H.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site