Dimanche 19 mars 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Sports  
Ici mieux que là-bas  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Al-Ghazali ressuscité !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Dans une autre vie, je me serais bien vu
braconnier dans…

… les pays du Golfe à y chasser et
à y abattre de l’émir !

Il «paraitrait-il» que toute la ville ne parle que de lui. Il paraît aussi que le mec déclenche la fureur des salafistes locaux et étrangers. Il paraît beaucoup de choses ces dernières heures à propos de ce jeune prédicateur émirati répondant au doux nom de Wassim Youssef et invité chez nous pour y prêcher la bonne parole d’islam. Telle une rock-star, il remplit les salles qui s’ouvrent à lui sans rechigner du gond. Ceux qui l’ont invité, ainsi que ses sponsors jurent qu’il dispense une parole d’apaisement, une vision d’un islam tout entier fait de tolérance et d’ouverture. Etrange tout de même que plus de 25 ans après, les mêmes vendeurs, ou des vendeurs cousins, nous proposent avec les mêmes arguments, sur les mêmes étalages des mêmes boutiques en clair-obscur les mêmes produits, juste recyclés un brin. J’entendrais presque les aficionados de l’imam Ghazali, à l’époque «bénie» de l’infitah algérien, vendant à la criée la chance que nous avions, grâce entre autres à la «clairvoyance légendaire» de Chadli et de ses conseillers d’héberger en Algérie un tel homme, un saint d’entre les saints ayant arrêté son vol, atterri chez nous, replié ses ailes et entamé son «travail». Il était partout. Il était consulté sur tout ou presque. Parfois dans des domaines n’ayant rien à voir avec le spirituel, mais plus avec la sécurité de l’Etat. Ordre avait été donné aux structures appendices de ce même Etat en pamoison devant El Ghazali de ne rien lui refuser, de tout lui accorder et de s’allonger sous ses pas afin que ses durillons et cors aux pieds le fassent le moins souffrir possible. Depuis, nous savons ce que la vaste campagne de vaccination de l’Algérie au liquide ghazalien a produit et produit encore comme réactions et dégâts mortifères ! Pourtant, on reprend la formule tueuse et on recommence. L’Algérie en panne de repères, au réservoir vide d’auto-réactivité re-puise dans le bidon à poison. L’imam Ghazali est ressuscité en plus jeune, en plus fun, et on lui déroule le bon gros tapis rouge. Tout en nous montrant avec des doigts boudinés la fureur que produirait ce Wassim Youssef chez les méchants de Daesh et d’Al-Qaïda. Ah le bel alibi ! Faut-il qu’à ce point on nous prenne encore pour des buses qu’on nous refourgue les mêmes recettes ? Y a-t-il besoin de réactiver «Top-chef islamistes», que les cuistots à barbe douce soient réinvités chez nous pour tambouiller à souhait dans le verset et la marmite à croyances pour, zaâma, couper l’herbe sous le pied des intégristes ? Cuistots du Divin-Food ! Chefs étoilés de la camelote spirituelle ! Juste une question : pourquoi les portes s’ouvrent miraculeusement devant un imam en post-adolescence et se… ferment à toute tentative de débat citoyen entre Algériens sur une Algérie moderne, républicaine, ou tout simplement préoccupée par sa culture et son identité plurielle ? Pas la peine d’ouvrir votre «Meshaf», la réponse à cette question n’est pas dans le Coran ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger le journal en zip

     

Le soir videos

 



 
Video sur Youtube    

Dernier sondage 
Etes-vous d’accord avec la décision du gouvernement de surseoir à l’opération de vaccination dans les écoles ?
Oui : 46,30%
Non : 45%
Sans opinion 8,70%

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site