Mardi 11 avril 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Contribution
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Sports : Le nouveau sélectionneur des Verts connu au plus tard ce week-end
Un profil, des pistes et des interrogations


Il ne coûtera pas beaucoup à la trésorerie de la FAF, n’a pas chômé durant les cinq dernières années et devra vivre (et travailler surtout) au moins quinze jours par mois en Algérie. C’est le profil du nouveau sélectionneur des Verts que la fédération de Kheïreddine Zetchi annoncera sous peu à l’opinion publique nationale.
Avant mercredi, au plus tard au début du week-end, la FAF communiquera l’identité « espagnole » du nouvel entraîneur de l’EN A. Le successeur du Belge George Leekens et du Serbe Milovan Rajevac, ces entraîneurs qui ont défilé à la barre technique de la sélection algérienne depuis le départ de Gourcuff en mars 2016, n’a jamais entraîné d’équipes nationales mais «son niveau et ses compétences sont assez valables» pour découvrir ses nouvelles fonctions de sélectionneur. Nos différentes sources assurent que «cet entraîneur a faim» et «veut se lancer dans l’aventure d’une sélection» où «il compte réussir». Sans jeu de mots, le technicien ibérique qui aura pour objectif de «redonner à l’EN algérienne un style de jeu et de la tonicité» viendra en Algérie pour «vivre pleinement son aventure». Et si d’aventure, l’expérience tournerait mal ? Positivons pour dire aussi que cet entraîneur aura la tâche de «jongler» entre ses travaux pratiques avec l’équipe première, celle qui amorcera les éliminatoires de la CAN-2019 et poursuivra les qualifications du Mondial-2018, et les grands chantiers à mener en direction de la future équipe A’, celle qui affrontera en août prochain la Libye, en qualifications du CHAN-2018. Un double challenge qui lui vaudra de passer outre ses vacances et celles de sa petite famille pour se consacrer exclusivement à sa mission. «Le contrat est ficelé. La FAF a tout conclu avec l’entraîneur espagnol qui a accepté le challenge et les conditions d’exercice de ses nouvelles missions. Les objectifs fixés ne l’effraient pas et pense qu’il est capable de remettre de l’ordre rapidement au sein de la sélection», notent encore nos interlocuteurs «formels» sur les chances de réussite de ce technicien puisé dans la grande école espagnole. Des noms ont circulé récemment à l’exemple de Juande Ramos (Malaga), Joaquin Capparos (Osasuna) ou encore Aitor Karanka (Middlesbrough). L’ancien défenseur du Real Madrid et adjoint de Mourinho et d’Ancelotti à la barre technique des Merengues serait en pole position. Des informations laissent même entendre que le déplacement, hier en fin de journée, de Kheïreddine Zetchi à Madrid y était spécialement organisé pour conclure le transfert de l’ex-driver de Boro. Un entraîneur qui «viendra à Alger pour finaliser cette fin de semaine» le contrat qui le liera à la FAF, apprend-on également. Le bail sera valable pour trois ans «le nouveau bureau fédéral ayant convenu de ne pas contractualiser pour des durées plus longues que le mandat olympique pour lequel il est élu», précisent nos sources.

«Tikanouine aura du renfort»
Si la question du sélectionneur embrase les discussions, celle de la nomination d’un nouveau DTN en la personne de Fodil Tikanouine ne laisse personne indifférent. Le vieil homme (73 ans) a déjà exercé au sein des structures techniques et administratives de la fédération ces 40 dernières années et ses états de service sont différemment appréciés. Ses derniers faits d’arme remontent à il y a onze (en 2006) ans quand, sur proposition de l’ancien président Hamid Haddadj, il fondera la fameuse académie de la FAF qui a réalisé un travail de fourmis, qualifiant les U17 au Mondial du Nigeria en 2009. Une expérience qui a tourné au cauchemar puisque ladite école fédérale a été aussitôt dissoute par le revenant président de la Fédération, Mohamed Raouraoua. Plus âgé et certainement «revanchard», Fodil Tikanouine devrait remettre sur la table de ses nouveaux employeurs son projet de reconstruction de la DTN. «Une direction forte et qui axera ses chantiers sur le long terme», annoncent les proches collaborateurs de M. Zetchi. Tikanouine qui conduira le chantier ne sera pas seul : une armada de jeunes et compétents techniciens l’aideront dans ses tâches au sein des différents départements de ce que sera la nouvelle DTN au sein de laquelle «pas sûr de revoir Tewfik Korichi», affirme-t-on de bonnes sources. Hier, lors de l’installation de M. Tikanouine au niveau du CTN/FAF de Sidi Moussa, par le président de la FAF, Korichi était présenté comme étant ex-intérimaire à la DTN. Le communiqué de la fédération qui évoque le transfert de l’ex-coach de l’USMMH vers la direction de la formation assure, par ailleurs, que les passations de consignes auront lieu «dans les jours à venir», le temps que le revenant DTN compose sa nouvelle équipe. M. Tikanouine devra, auparavant, s’adresser à la presse pour dévoiler, à l’occasion d’une conférence ce mercredi matin à Sidi Moussa, son programme de travail.
M. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site