Mercredi 12 avril 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture  
Faits divers  
Tendances  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : LE DRAME A ÉTÉ COMMÉMORÉ HIER
Il y a dix ans, l’attentat contre le Palais du gouvernement


Il y a dix ans, le 11 avril 2007, un attentat ciblait le Palais du gouvernement au cœur d’Alger, peu après suivi de deux autres visant le commissariat de police et une brigade de gendarmerie de Bab-Ezzouar, à l’est de la capitale.
M. Kebci - Alger (Le Soir)
- Pour ne pas oublier, une cérémonie de recueillement était observée, hier mardi, au même moment, 10h40mn et au même endroit où cet acte terroriste a été commis. Etaient présents, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, et son secrétaire général, Hocine Mazouz, et le ministre de l’Intérieur de l’époque, Noureddine Yazid Zerhouni, notamment.
Après le dépôt d’une gerbe de fleurs, la lecture de la Fatiha, l’observation d’une minute de silence et l’entonnement de l’hymne national, le Premier ministre s’est adressé aux familles des victimes concernant ces attentats en disant «ne jamais oublier même si le pays vit en paix, dans la stabilité et dans la sécurité».
Pour sa part, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales a estimé, dans une déclaration remise à la presse, que cet attentat était une «tentative vaine pour s’en prendre à un symbole de l’Etat algérien sur lequel ont veillé ses enfants et l’ont défendu durant les années de braise et du terrorisme sauvage».
Pour Bedoui, les «sanguinaires étaient prêts à entreprendre n’importe quelle action terroriste pour ébranler la sécurité et la stabilité de notre cher pays. Et ces attaques étaient les «premiers attentats-kamikazes en Algérie», estimant que la date du 11 avril 2007 nous rappelle «tous les sacrifices des forces de l’ANP et tous les services de sécurité, la Garde communale et nos citoyens qui n’ont pas hésité à faire face au terrorisme et à le combattre dans les montagnes, les campagnes et dans tous les recoins du pays».
Et à la veille d’une autre consultation électorale qui constitue, selon lui, «une autre étape du processus démocratique de notre pays et consolide ses institutions constitutionnelles», le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales appellera «tout le monde à pendre part à la consécration de cet objectif et sa réussite en vue de la construction d’un Etat fort avec comme socle un peuple uni qui conserve l’avenir de son pays».
Pour rappel, cet attentat à la voiture piégée visant le Palais du gouvernement a fait 12 morts et 135 blessés alors que ceux perpétrés presque au même moment, à l'aide de trois voitures piégées contre le commissariat de police et une brigade de gendarmerie de Bab-Ezzouar, ont fait 11 morts et 87 blessés. Un triple attentat revendiqué par le groupe Al-Qaïda pour le Maghreb islamique, ex-GSPC, dont le cerveau a été abattu quelques semaines après, le 30 juillet 2007 plus exactement, en Kabylie. Et neuf des auteurs de ces attentats sur les dix-huit, dont le sinistre Abdelmalek Droukdel, ont été, par ailleurs, condamnés, en mars 2012, à la peine capitale par contumace par le tribunal criminel d’Alger. Avec comme chefs d’inculpation, assassinat avec préméditation, constitution de groupe terroriste et attentats à l'explosif.
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site