Dimanche 11 juin 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
² Ici mieux que là-bas  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : ACCUSANT DES MÉDIAS DE FAUSSES INTERPRÉTATIONS DE SES PROPOS
Ouyahia dément avoir attaqué Sellal


Ouyahia dément s’en être pris un jour au désormais ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal, mettant cela sur le compte de simples «interprétations des médias».
Mohamed Kebci - Alger (Le Soir) - Le secrétaire général du RND se défend d’avoir attaqué le prédécesseur de Abdelmadjid Tebboune à la tête du gouvernement. Intervenant, hier, à la clôture de la troisième session du Conseil national du parti, Ahmed Ouyahia a tenu à rectifier le tir, signifiant que son propos sur la démagogie et le populisme dont, selon lui, «l’Algérie doit s’éloigner» et qu’il n’a de cesse de marteler depuis pratiquement son retour en fanfare à la tête du RND, visait d’autres personnes et parties que l’ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal.
Et il a beau prendre la précaution de ne pas la nommer, Ouyahia change de cible en visant l’opposition, usant de fausses questions : «Qui pratique la démagogie, le gouvernement et le chef de gouvernement qui a présenté la loi de finances 2017 ou ceux qui voulaient le chaos dans le pays, affirmant que le gouvernement voulait écraser le peuple ? Qui pratique la démagogie, le gouvernement précédent qui a présenté l’amendement de la loi sur le régime des retraites ou les gens qui jugent le pays en disant que ce gouvernement veut spolier les droits des travailleurs ?»
Pour Ouyahia, même si de temps à autre, il peut y avoir de l’incompréhension même si l’allocution a été distribuée en arabe et en français, il y a d’autres objectifs», disait-il, dans une allusion, qui ne fait aucun doute, aux partis de l’opposition qui avaient, à l’unisson, dénoncé et dénoncent encore les deux lois adoptées par le Parlement. Il promettra davantage «d’éclaircissements» lors de sa conférence de presse prévue ce matin.
Pour rappel, il y a près de deux ans déjà, Ouyahia, qui venait de reprendre triomphalement les rênes de son parti, avait commencé ses diatribes contre le gouvernement de l’époque qu’il invitait à «dire la vérité au peuple sur la situation économique et financière du pays». Le non-dit dans ce propos de Ouyahia est que l’ex-Premier ministre ne disait pas la vérité au peuple contrairement à son homologue de 1986 qui, lui, «rassurait les Algériens sur la capacité du pays à faire face à la crise et d’anticiper. La suite, on la connaît», comme il le soutenait en juillet 2015.
Une diatribe que le patron du RND poursuivra, depuis, y mettant même du zèle comme lors de la campagne électorale pour les élections législatives du 4 mai dernier. Ouyahia ne cessait, en effet, d’appeler à «en finir avec le populisme et la démagogie» ce qu’il conseille même au nouvel exécutif.
Un nouveau gouvernement auquel le Conseil national du RND vient de signifier son soutien dans son action pour la mise en œuvre du programme du président de la République. Aussi, l’instance légiférant du parti entre deux congrès a réitéré son «soutien indéfectible dû au président de la République et lui rend hommage pour la sagesse avec laquelle il conduit l’Algérie dans un contexte financier national difficile et dans un environnement international complexe».
Sur un autre plan purement organique, le Conseil national du RND a approuvé l’exclusion de certains de ses membres qui se sont portés candidats sur des listes autres que celles du parti lors des dernières élections législatives, comme celle de cinq autres membres démissionnaires. Autant de sièges vacants à ajouter à ceux des trois membres décédés, qui ont été pourvus à l’occasion. A ce propos, Ouyahia a démenti la fin de fonction du secrétaire de wilaya de Tizi-Ouzou, «fausse information» qu’il a imputée à un «groupe bien déterminé qui veut créer la zizanie». Il a appelé la base militante du parti à plus de «vigilance».
Aussi, un remaniement a été opéré au sein du secrétariat national du parti avec le remplacement de pas moins de quatre de ses membres, mouvement qui a vu notamment le ministre des Moudjahidine rejoindre l’exécutif.
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site