Dimanche 2 juillet 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Régions  
Faits-divers  
Monde  
Culture  
Ici mieux que là-bas  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Régions : Logements à Bouira
La tension persiste malgré les efforts de l’État


Le problème du logement persiste à Bouira malgré tous les efforts consentis par les pouvoirs publics dans les différentes formules.
Ainsi, à travers le rapport présenté par le wali devant l’APW récemment et malgré les chiffres importants présentés avec plus de 89 000 logements engagés depuis 2005 à ce jour par les pouvoirs publics, sous différentes formules, la pression reste toujours perceptible à travers les différentes actions de protestation signalées çà et là dans les communes de la wilaya, et particulièrement à travers les rassemblements hebdomadaires qui sont enregistrés chaque semaine devant le siège de la Wilaya.
Ainsi, selon ce rapport, il ressort que l’Etat a réalisé depuis 2005 pas moins de 61 820 logements répartis comme suit : 44 289 logements sous forme d’aides directes dans le cadre du logement rural, 11 756 logements sociaux distribués à travers les communes par les commissions de daïra ; 3 300 LSP, 722 LPA, 403 logements dans le cadre du FNPOS, 900 pour la location-vente de l’AADL et, enfin, 212 logements dans le cadre des promotions libres.
Outre ces logements achevés et distribués dans la plupart des cas avec beaucoup de protestations et de colère, tant les dossiers sont traités par milliers et qu’il est difficile pour les membres des commissions qui siègent de satisfaire toutes les demandes, il y a lieu de signaler qu’actuellement, il y a encore quelque 17 549 logements en cours de réalisation avec 3 840 dans le cadre du logement rural, 7 280 dans le cadre du logement social ou LPL, 876 dans le LSP, 1 192 dans le LPA, 50 pour le FNPOS, 2 350 pour l’AADL, 556 pour le LPP et, enfin, 1 286 pour le promotionnel libre.
Cependant, malgré tous ces chiffres, et en dépit des assurances du wali qui rappelle que durant cette année, ce seront pas moins de 2 800 nouveaux logements sociaux qui seront distribués, la colère est toujours vivace et la tension ira crescendo, car la réalité sera toujours là, notamment avec ces retards endémiques dans les achèvements ; des retards dus principalement au manque de liquidités et de paiement des situations, ensuite la cherté des matériaux de construction à cause de la crise économique. Tous ces facteurs influent directement sur le lancement de nouveaux programmes ; ce qui suppose l’arrivée sur le marché de nouveaux cas sociaux qui ne sont pas nécessairement ceux ayant ou touchant moins de 24 000 dinars par mois. En effet, selon une enquête que nous avons menée récemment auprès de plusieurs citoyens, même les fonctionnaires dont le salaire mensuel dépasse les 40 000 dinars se disent, à l’unanimité, incapables de souscrire pour le LPA, car ne pouvant payer la quote-part qui leur revient, soit quelque 800 000 dinars dans le cadre du montage financier. Selon nos interlocuteurs, le seuil pour pouvoir prétendre à un logement social - 24 000 dinars - arrêté par l’Etat comme est dépassé avec la cherté de la vie. Aujourd’hui, les cas sociaux ou pour le dire directement, le seuil de pauvreté en Algérie ne se situe plus à moins de 24 000 dinars, mais bien au-delà, soit autour de 40 000 dinars pour un ménage de cinq personnes, soit un couple et trois enfants à charge.
Selon nos interlocuteurs, les deux meilleures formules que l’Etat se devait de maintenir et d’encourager restent l'aide à l'habitat rural, mais avec une condition, celle d’augmenter l’aide à 100 millions de centimes, ensuite le LPL, mais en ramenant le seuil d’éligibilité à un salaire inférieur à 60 000 dinars, comme l’avait d’ailleurs suggéré, lors des dernières élections législatives, le SG du RND, Ahmed Ouyahia.
Pour les autres formules et au vu de toutes ces données, il est fort à parier que, dans les années à venir, là où le demandeur de logement est appelé à y contribuer, comme c’est le cas actuellement pour le LPA, ou encore, l’AADL et le LPP, celles-ci seront toutes abandonnées par les citoyens. D’ailleurs, la preuve nous est donnée déjà par la formule LPP où pour la wilaya de Bouira, sur les 2 000 logements inscrits, seuls 556 logements sont en cours de réalisation alors que les 1 444 autres inscrits ne sont plus lancés. Raison invoquée dans le rapport du wali, lu devant les élus de l’APW de Bouira. Manque de demandeurs pour ce type de logements. A bon entendeur, salut !
Yazid Yahiaoui

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site