Dimanche 2 juillet 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Régions  
Faits-divers  
Monde  
Culture  
Ici mieux que là-bas  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Location de chaises et de tables et différents achats…
Ces chères vacances à Alger


La chaleur qui terrasse Alger depuis le mois de juin, allant de 30 à plus de 40°C, attire une dense foule sur les plages algéroises. Des familles, des bandes d’amis ou simplement des solitaires viennent s’y rafraîchir, jetant leurs corps dans l’eau de la Grande Bleue, pour le mettre à l’abri de la canicule.
Mounira Amine-Seka - Alger (Le Soir) - Plages et piscines accueillent des foules incalculables tous les jours, depuis les premières vagues de chaleur, y compris lors du mois sacré. Si les différents maires des communes d’Alger parlent d’accès gratuit aux plages, de jeunes hommes imposent la location de tables, chaises à 500 DA et les parasols à pas moins de 200 DA la journée.
Pour les couples ayant quatre enfants et plus, «la journée revient quasiment à deux mille dinars. Entre les chaises, la table, les glaces, en rentrant, l’eau, etc.», confie une mère de famille, ajoutant que «les enfants ne comprennent pas qu’on ne puisse pas s’y rendre tous les jours. Il faudrait 10 000 DA pour une semaine sans week-end». Un jeune père avec son petit d’à peine six ans, se plaint de l’anarchie qui règne sur les parkings. «Hier, j’ai été obligé d’attendre pendant plus d’une heure dans ma voiture, parce que quelqu’un s’est garé juste derrière ma voiture, alors qu’il n’était même pas à la plage. Il est bien beau de céder les parkings gratuitement, mais faudrait-il encore veiller au respect de l’ordre. Heureusement que je n’avais pas d’urgence.».
Sur la rampe de Saint-Eugène, une dame qui marchait lentement sous un large chapeau, se rappelle qu’«avant, nous descendions à plusieurs familles, avec des couffins pleins de mets et de bouteilles de citronnades, des boomerangs, le Scrabble et un ballon pour y passer de longues journées. Certains portaient des parasols, d’autres des chaises et des tables pliables. Une fois installés, chacun s’adonnait à son hobby : les uns faisaient la chasse aux oursins, d’autres jouaient, se baignaient et/ou bronzaient et pour les partisans du moindre effort, l’ombre du parasol leur servait d’abri pour plonger dans un bouquin. Nous n’avions aucun problème de sécurité, personne ne nous dérangeait ne serait-ce d’un regard. En fin de journée, nous ramassions nos déchets et rentrions à la maison, un peu plus haut sur la colline». Une époque bien loin de toutes ces mentalités nouvelles où les femmes se sentent obligées de se baigner en robes, en shorts et pulls ou pire, en hijab, pour mettre leurs corps à l’abri des regards pervers.
En début de soirée, «les plagistes sont remplacés par les déchets : bouteilles, sachets, canettes, et quelques fois même des bouts de sandwichs, alors qu’il y a des poubelles», déplore un jeune homme, ajoutant que «quelquefois, nous aimions rester à des heures tardives pour jouer de la guitare ou simplement pour discuter et profiter du calme, mais les lieux sont sales et c’est vraiment désagréable.». Selon le rapport de la Direction générale de la Sûreté nationale, 2166 infractions liées à l'environnement ont été relevées, pour le seul mois de mai dernier.
A la plage El-Djamila, La Madrague, des familles s’y rendent avec des couffins comprenant le repas de midi, des fruits et des bouteilles de différentes boissons. Le bord de mer n’étant pas profond, on y trouve même des bébés barbotant sur le rivage, avec les mamans aux regards bienveillants assises, échangeant des astuces et autres sujets de la vie. «J’aime bien venir ici, l’endroit est calme et nous sommes en sécurité, au vu des nombreuses rondes qu’effectuent les policiers. Nos enfants sont juste sous nos yeux et personne ne vient nous déranger», déclare une mère de famille.
Une autre confie que lors des derniers jours du Ramadhan, «un homme était venu installer des jeux aquatiques un peu au large de la plage, pour les louer aux enfants : plateforme flottante, trampolines aquatiques et autres. Il s’est accaparé de quasiment la moitié de la plage, mettant des barrières etc. Les femmes se sont toutes levées pour l’en chasser et heureusement, nous avions réussi. On ne trouve presque plus d’endroits où aller, sans que quelqu’un vienne gratter nos porte-monnaies. De plus, le malheureux n’avait même pas d’autorisation pour ça!», dénonce-t-elle. Quant aux enfants, leurs yeux ne brillent qu’en face de l’étendue d’eau, les vitrines de glaces et les odeurs de pizzas s’échappant des différents fast-food, ne se souciant de rien.
Pour les portefeuilles plus garnis, les piscines ouvrent leurs portes pour un accès à 1 500 DA pour les adultes et 800 à 1 000 DA pour les enfants. «Seulement, les consommations ne sont pas offertes et le simple café est cédé à 100 DA, déclare un père de famille ; il est vrai que ce n’est pas donné, mais tout est sur place, surtout que nos enfants sont sous l’œil vigilant des maîtres-nageurs. Je peux me permettre une petite sieste d’un quart d’heure». Douches, toilettes, fast-food, pizzerias, cafétérias, en plus des animations. Tout y est pour passer une bonne journée qui coûtera à une famille de quatre personnes dans les 10 000 DA.
M. A.-S.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site