Dimanche 2 juillet 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Régions  
Faits-divers  
Monde  
Culture  
Ici mieux que là-bas  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Faits divers : GUELMA
Entre dépotoirs et lieux de débauche, le cimetière Baghdoucha en piteux état


Les Guelmis dénoncent l’abandon de l'ancien cimetière de la ville, envahi par des rongeurs, des reptiles et dévoré par la végétation ou devenu parfois même un lieu de débauche. Ils lancent un appel aux autorités communales pour la sauvegarde et la protection de ce patrimoine funéraire.
Les deux jours de l'Aïd el-Fitr, les visiteurs dressaient un constat amer, évoquant la saleté et la négligence. Ils décrivent l’état de délabrement avancé des caveaux, des inscriptions abîmées par l'érosion du temps. «Dans certains endroits, l’accès était totalement obstrué par la végétation, des visiteurs ont dû renoncer à se recueillir sur les tombes de leurs proches, et d'autres ont du mal à retrouver les sépulcres de leurs parents et ancêtres», nous déclare un sexagénaire venu le premier jour de l'Aïd pour se recueillir sur la tombe de sa mère. Et d'ajouter «il y a une négligence évidente au cimetière Baghdoucha, qui ne cesse de se dégrader».
Prévu pour à accueillir chaque fête religieuse des milliers de visiteurs, cet espace sacré a aussi la particularité d'être un lieu prisé des délinquants, et de certains couples, en quête d’intimité, qui le transforment en un lieu de débauche. Les riverains ont assisté le week-end dernier à un triste spectacle. Le cimetière Baghdoucha de la ville de Guelma a tout d'une décharge improvisée à ciel ouvert : bouteilles et sachets en plastique et papiers en tous genres jonchent le sol, broussailles et végétations envahissent les tombes et les allées. À cela s'ajoutent les risques auxquels sont exposés les visiteurs : des blessures, des fêlures et même des morsures de reptiles. «Les autorités communales doivent s'occuper de ce cimetière dans les plus brefs délais», s'indignent les Guelmis.
Noureddine Guergour

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site