Mardi 4 juillet 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Faits divers  
Monde  
Culture  
A fonds perdus  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : DIGOUTAGE
Et voilà qu’ils se prennent pour Dieu !


Par Arris Touffan
Elle s’appelait Dihya Lwiz, de son vrai nom Louiza Aouzelleg, et elle est décédée à l’âge de 32 ans, emportée par la maladie sans doute après d’atroces souffrances. Elle était divinement belle, jeune, bien dans sa peau, créative, assumant tous les héritages puisque, écrivaine, elle créait en tamazight, en arabe et en français. Elle a été lauréate du Prix littéraire Mohamed Dib. Elle avait un avenir radieux devant elle. Mais… la maladie. Son décès a bouleversé jeunes et moins jeunes. Les réseaux sociaux sont submergés de messages de compassion et de regrets… Sans doute parce que Dihya Lwiz incarnait en toute simplicité une Algérie tournée vers l’avenir, et qui assume paisiblement les différentes composantes de l’histoire qui a façonné le pays.
Mais… A peine enterrée, Dihya Lwiz est attaquée par une de ces publications du caveau, pour ne pas dire du caniveau, qui bénéficient de toute l’indulgence du pouvoir algérien occupé à saquer la presse critique. Un type qui se prend pour le Tout-Puissant se demande ce qu’elle aurait à répondre à Dieu du fait de n’avoir pas porté le voile !
La chose serait risible si elle n’était pas de cette gravité. Même pas la pudeur de laisser se faire le deuil !
A. T.
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site