Lundi 24 juillet 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Contribution
Kiosque arabe  
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Sidi Aïch : Ils réclament l’indemnisation de leurs terrains
La RN 26 fermée par les propriétaires terriens expropriés pour les travaux de la pénétrante


Des propriétaires de terrains habitant la commune d’El Flaye (Sidi-AIïh), expropriés dans le cadre de la réalisation du projet de la pénétrante Bejaïa-Ahnif, ont procédé, hier, à la fermeture de la RN 26 au niveau du lieudit Maâkal, situé à quelques encablures de la localité de Takriets.
A travers cette énième action radicale de blocage de la route nationale à la circulation automobile à travers la wilaya de Béjaïa, les villageois de la commune d’El Flaye comptent faire entendre, enfin, leur voix auprès des autorités concernées pour obtenir l’indemnisation de leurs terrains expropriés au niveau du lieudit Agoumad, sur les hauteurs surplombant la vallée de la Soummam, à Sidi-Aïch, pour permettre la réalisation des travaux de la pénétrante Béjaïa-Ahnif sur 100 km.
«Nous avons frappé à toutes les portes, mais aucune suite favorable n’a été réservée à nos multiples cris de détresse. A chaque réclamation, les autorités de wilaya répondent avec le même refrain, on va prendre en charge vos préoccupations et tout sera réglé dans les prochains jours. On a pris notre mal en patience, mais aujourd’hui on estime que les pouvoirs publics ne semblent pas tellement disposés à trouver des solutions à notre calvaire pour nous rétablir dans nos droits», fulmine un membre du comité des propriétaires terriens expropriés à El Flaye rencontrés sur les lieux de la manifestation.
Un autre membre du même comité regrette de devoir recourir à ce genre de moyens de protestation pour réclamer un «droit légitime». «On s’est interdit depuis longtemps de recourir à une telle manifestation de rue radicale pénalisant des centaines de nos compatriotes qui ne sont aucunement impliqués, ni ne sont à l’origine de nos problèmes. Nous avons nous-mêmes fait face à ce genre de blocage de la route que nous avons dénoncé, mais aujourd’hui, on s’est retrouvés dans la même situation, car on a l’impression que notre administration ne répond qu’à ce genre de langage. On vous informe que le wali, lors d’une visite de travail, dans notre commune à El Flaye, s’est engagé à recevoir une délégation pour étudier nos revendications et voir comment trouver une solution. Mais on observe amèrement que ses promesses ne sont pas tenues. Nous sommes de toutes les façons déterminés à aller jusqu’au bout pour obtenir gain de cause. On a été expropriés pour utilité publique, on ne s’est en aucun cas opposés à cette expropriation, mais on ne va pas se taire devant cette injustice consistant à nous léser dans notre indemnisation», s’est insurgé un autre membre du comité.
Il convient de signaler que, comme à chaque fermeture de route, notamment en cette période des grandes vacances, les centaines d’usagers de cette importante voie de communication, pris au piège dans cette infernale manifestation de rue, ont dû emprunter les chemins de montagne en passant par les communes de Chemini, Souk-Oufella, Tinebdar pour rejoindre la route nationale et poursuivre leur voyage vers leurs destinations.
Le chef de la daïra de Sidi-Aïch s’est déplacé sur les lieux de la protestation pour tenter de convaincre les manifestants de lever le blocus sur la route. Ce n’est qu’en milieu d’après-midi que les protestataires ont décidé de rouvrir la route après que le wali eut enfin décidé de recevoir une délégation, dans les prochains jours, pour tenter de débloquer la situation.
Les membres du comité des propriétaires terriens expropriés d’El Flaye, une centaine a-t-on appris sur place, espèrent voir enfin le bout du tunnel à travers une urgente indemnisation.
A. Kersani

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site