Jeudi 27 juillet 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Supplement TIC  
Haltes estivales  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
Un expatrié réagit et témoigne !


Par Malika Boussouf
[email protected]
Il est des jours comme ça où certains courriers plus que d’autres vous touchent sans jamais chercher à vous imputer un quelconque motif de culpabilisation.
Lorsque la scandaleuse histoire du bac fait écho de l’autre côté de la Méditerranée et aussi réagir, vous ne doutez plus que l’actualité algérienne soit décortiquée avec intérêt et au quotidien par nos expatriés.
J’ai beau me dire que lorsque l’on choisit de partir, on rompt les amarres avec tout ce qui nous relie à ses origines, je me rends compte au fil de ces billets quotidiens qu’il n’en est absolument rien.
On s’en va peut-être, mais on ne renonce pas. L’Algérie, on l’a aux tripes. Le bac, le rattrapage, la réussite censée ouvrir la porte sur des horizons prometteurs, parlons-en encore une fois, histoire de panser un reste de ressentiment chez ceux qui, à l’occasion et au-delà de la honte ou de la colère suscitées par ceux qui ont décidé de façon unilatérale, bancale et irrévérencieuse pour les plus méritants, ont laissé les souvenirs de jeunesse les submerger.
Voici ce que m’écrit un lecteur qui a renoncé à vivre au pays.
«Je fais partie d'une génération d'Algériens (bacs français et algérien en 68) et qui ont depuis longtemps fui notre beau pays car incapable de faire face à ce monstre qu'a toujours été, et qui est encore, l'administration algérienne et ses tenants, avec tout ce que cela comporte comme gabegie, corruption, favoritisme et incompétence.
Dans la même année, j'avais obtenu une bourse pour étudier aux Etats-Unis.
Un mois avant le départ prévu, on m'annonce qu'il y avait eu erreur et que mon nom ne figurait pas dans la liste des personnes retenues...
J'avais alors décidé de quitter mon pays, ma famille et mes amis pour suivre ce que d'autres appelleraient ‘‘mon destin’’. Je ne regrette rien — loin s'en faut, si ce n'est de la nostalgie. Car quand je vois ce que sont devenus notre société, notre pays, je ne regrette pas le choix que j'ai fait.»
On remarquera qu’à aucun moment il n’est fait allusion à la qualité de l’enseignement dispensé à l’époque. Et pour cause ! En 1968, les enseignants ne bradaient pas l’avenir de leurs élèves pour une omra.
M. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site