Jeudi 27 juillet 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Supplement TIC  
Haltes estivales  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : EN ATTENDANT LES ÉLECTIONS LOCALES
Un été trop chaud


Cet été a finalement amené avec lui une série d’évènements inattendus qui contribuent actuellement à occulter y compris l’ordre des priorités dans les échéances programmées. Dans ce contexte, les prochaines élections locales ne figurent pas parmi les préoccupations, l’heure est à l’observation, l’analyse surtout des faits qui se succèdent…
Abla Chérif - Alger (Le Soir)
- Du coup, les plus fins des observateurs se retrouvent plongés dans un wait and see qui se prolonge à mesure que ces évènements s’enchaînent. Les grilles de lecture s’en trouvent de fait faussées à chaque nouveauté remettant en cause les pronostics des plus avertis. Rares sont d’ailleurs ceux qui se hasardent à tirer des conclusions. L’ordre établi semble avoir été complètement chamboulé par la mise en place d’une nouvelle stratégie dans le pays. Officiellement, cette dernière fait suite à une directive émanant du président de la République lequel exige une séparation claire entre le monde de l’argent et celui de la politique afin de débarrasser ce dernier des hommes d’affaires aux ambitions démesurées. Abdelmadjid Tebboune et son équipe sont en charge de cette mission qui a tôt fait de se traduire par des décisions auxquelles très peu s’attendaient. Le cas Haddad a par exemple pris l’allure d’une affaire suivie de très près par l’opinion algérienne. Cet homme, qui bénéficiait, il y a encore peu, de soutiens solides dans le cercle des décideurs, fait à présent l’objet d’une opération spectaculaire qui semble l’avoir rudement secoué. Secoué au point où il a mis un certain temps à fournir les réponses prévues aux mises en demeure adressées à son groupe. Des informations émanant de l’équipe sur laquelle Haddad s’appuie pour organiser sa riposte font savoir que le nombre de mises en demeure reçues nécessite un travail plus long que prévu. Selon les mêmes sources, les réponses devraient être rendues publiques dans des placards publicitaires transmis à la presse. Mais le cas Haddad n’est pas tout. Avant le déclenchement de cette affaire, l’opprobre a été jetée sur Bouchouareb, un autre symbole du monde des affaires.
Dans une intervention publique, le Premier ministre a fait part de ses doutes sur l’utilisation faite des 70 000 milliards de dinars alloués dans le cadre de la relance du secteur automobile. Pour l’heure, aucune suite n’a été donnée à cette affaire.
Des informations sciemment distillées indiquent cependant que l’opération «d’épuration» est loin d’être achevée. D’autres noms, d’autres symboles des liens qui se sont progressivement échafaudés entre le monde de la politique et celui de l’argent pourraient, à leur tour, être concernés par cette démarche. Alors bien sûr, l’échiquier en place pourrait s’en trouver totalement modifié. Et par-delà, modifier y compris la donne dans l’espace politique où beaucoup ne savent plus déjà dans quelle direction s’orienter et encore moins celle vers laquelle le vent tournera. Est-ce la raison pour laquelle le sujet des prochaines élections locales a été complètement occulté du débat actuel ? La période en cours est pourtant celle où les formations politiques ont pour habitude d’activer en perspective des échéances qui se profilent. D’ordinaire, des universités d’été sont organisées parallèlement à d’autres activités destinées à les rapprocher des citoyens et des jeunes, appelés à donner leur voix en novembre prochain. Mais jusqu’à présent, rien de cela. Les locales intéressent peu et ne figurent pas parmi les préoccupations ni les discours des partis politiques. Le temps est à l’observation, probablement à la décantation et, surtout, à la prise de position dans une démarche qui n’a pas encore révélé tous ses secrets…
A. C.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site