Jeudi 27 juillet 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Supplement TIC  
Haltes estivales  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : INVITATION DE TEBBOUNE AU DIALOGUE
Quelles chances de réussite ?


Quelles chances d’aboutir a le dialogue auquel a appelé le Premier ministre en vue de la construction d’un consensus national autour des questions nationales au vu du refus de certains et des réserves d’autres parmi la classe politique et la sphère syndicale ?
Mohamed Kebci - Alger (Le Soir) - S’il a réussi à arracher le consentement même à demi-mot des partis de la mouvance verte, avec, cependant, quelques réserves de pure forme, cet appel de Abdelmadjid Tebboune n’a pas trouvé un écho favorable auprès du reste de la classe politique émargeant dans le camp démocratique dont le refus de souscrire à cette démarche a été on ne peut plus explicite.
Pour Abdelmadjid Menasra, le MSP, parti à la tête duquel il a été intronisé samedi dernier à l’occasion du congrès de réunification avec le défunt Front du changement (FC), tranchera cet appel du Premier ministre «une fois renseigné sur la teneur de l'initiative», lui qui considère le dialogue comme «une voie civilisée dans la pratique démocratique». Et de promettre que «le mouvement aura un rôle positif dans tout dialogue inclusif».
Le FJD, par la voix de son vice-président, Lakhdar Benkhelaf, réitère l’appui du parti à cette «démarche du dialogue sur des sujets importants qui concernent les citoyens et la gestion du pays et les questions importantes posées sur toutes les scènes afin d’arriver à un consensus». Et au chef du groupe parlementaire du triumvirat Nahda-Adala-Binaa de signifier son accord pour un dialogue permettant de «revoir ces subventions de façon à ce qu’elles reviennent aux nécessiteux».
L’autre acteur de la mouvance verte, le mouvement Nahda, se dit souscrire «pleinement» au dialogue auquel appelle le gouvernement. Dans le communiqué sanctionnant une session ordinaire de son conseil consultatif national tenue vendredi dernier, le parti a recommandé la «nécessité de réunir les conditions à même d'assurer sa réussite». Toujours au sein de la mouvance islamiste, le mouvement Islah soutient que «tous les partis, syndicats, associations actives et toutes les composantes de la société algérienne sont condamnés à aller vers un grand consensus politique qui contiendra tous les points communs entre les initiatives présentées jusque-là soit par les partis de l’opposition soit par ceux de la coalition». C’est ce que soutenait son président lors de la récente université d’été du parti, appelant, dans ce sillage, le pouvoir à «afficher sa disponibilité à parrainer ce dialogue et à s’engager pour sa réussite». Mais ces signes de disponibilité dans le camp vert tranchent nettement avec le niet et les réserves des partis du flanc démocratique. «Pour notre parti, le dialogue avec les partenaires sociaux représentatifs doit être la règle. Cette démarche ne doit procéder ni d’un bricolage de circonstance ni d’une improvisation. Le cadre de la tripartite rénové, c’est-à-dire ouvert aux syndicats autonomes et à toutes les organisations professionnelles et patronales à égalité, est l’instrument idoine», soutenait le président du RCD lors de la tenue d’une session ordinaire du parti, le 30 juin dernier. Pour Mohcine Belabbas, c’est «le pouvoir qui refuse le dialogue pour sortir le pays de l’ornière», reprochant au gouvernement son «populisme à deux sous (…) qui présente l’impossibilité économique du pays de solliciter des prêts extérieurs comme une décision du chef de l’Etat». Refus plus clair que celui signifié par le FFS qui, dans les résolutions de son conseil national tenu il y a une quinzaine de jours, a estimé que «participer à ce pseudo-dialogue servirait de caution et de faire-valoir au régime». Pour le doyen des partis de l’opposition, il y a dans cet appel au dialogue du gouvernement une preuve de plus que ce «régime en fin de cycle n’a pas épuisé toutes ses manœuvres politiciennes pour se maintenir», ce face à quoi il appelle «le peuple, qui n’est pas dupe de cette réalité, à la vigilance».
Plus que cela, le FFS considère qu’à «travers son dernier appel au dialogue, le pouvoir cherche en réalité à impliquer les acteurs politiques et sociaux dans son programme d’austérité et de remise en cause des acquis sociaux ; pervertir la noble initiative de reconstruction du consensus national, inspirée par feu notre président Hocine Aït Ahmed, visant à refonder l’État sur la base du droit et des principes démocratiques».
Attitude, par ailleurs, mitigée du côté du PT à l’égard de cet appel au dialogue du gouvernement, parti qui, pourtant, avait favorablement accueilli la nomination d'Abdelmadjid Tebboune au poste de Premier ministre. La secrétaire générale du Parti avait même qualifié le successeur de Abdelmalek Sellal d'«homme d'Etat responsable» qui aura à «relever plusieurs défis notamment aux plans économique et sécuritaire» et auquel elle affirme «vouer respect et considération». C’est ainsi que Djelloul Djoudi, chargé de communication du PT, exprime ses appréhensions quant au risque de voir ce dialogue autour de la révision du système de subventions déboucher sur la «remise en cause du rôle de l’État sur le plan social, voire un désengagement, que nous refusons».
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site