Jeudi 27 juillet 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Supplement TIC  
Haltes estivales  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Culture : WAÂDA ANNUELLE DE SIDI EL HASNI
Cette année encore, l’académique se joint au spirituel


La célèbre tarîqa Taïbia tient, depuis ce mercredi, et ce, durant trois jours, sa traditionnelle waâda d'Oran, baptisée du nom du saint homme, Sidi El-Hasni. Le regroupement de plusieurs confréries aura lieu à la «zaouïa» dirigée par les descendants du cheikh Moulay Abdallah Cherif Louazzani et dont l’association est présidée par Moulay Hassen.
Même si cette rencontre est symbole de spiritualité et de mystique, l’évolution et la modernisation de la cité impliquent une partie académique. Ainsi, pour la troisième année consécutive, la waâda de Sidi el-Hasni à Oran verra l’intervention d’une dizaine de conférenciers qui prendront part à une rencontre intitulée «Soufisme et esthétique», qui débutera ce mercredi 26 juillet dans la salle de conférences de la grande mosquée Ben-Badis. Le mot de clôture de ces conférences reviendra à un membre de la confrérie qui abordera l’esthétique des cercles (halqa) du «dikr» (évocation) et des «awrad» qui caractérisent le rituel de la waâda en question. Organisée sous le patronage de Bouabdallah Ghlamallah, ancien ministre des Affaires religieuses et actuel président du Haut-Conseil islamique, en étroite collaboration avec l’université d’Oran, notamment son laboratoire dédié au «concept des valeurs dans les mutations intellectuelles et politiques en Algérie».
La waâda de Sidi El-Hasni se déroulera sur plusieurs étapes et comprendra également plusieurs activités, notamment la participation de plusieurs troupes folkloriques.
La selka est, quant à elle, l’un des rendez-vous spirituel et religieux le plus attendu durant la waâda. Ainsi, ils sont plusieurs à se réunir dans la mosquée de la zaouïa pour réciter les 60 hizb du Saint Coran, de la prière de l'asr jusqu'à l'aube.
Le cérémonial prend fin au matin, où les fidèles se rassemblent devant le siège de la zaouïa pour prier et faire des vœux. L’un des moments symboliques de cette rencontre spirituelle consiste en la hadra, où les troupes des différentes zaouïas du pays viendront annoncer leur allégeance et leur obéissance au saint homme. Pour finir, tout ce monde se dirigera vers le mausolée du saint patron de la ville, l'imam Sidi El-Houari. Qui dit waâda, dit systématiquement sacrifice de bêtes et préparation de mets délicieux offerts aux participants, mais également aux visiteurs, aux curieux, aux sans-abri, aux pauvres. Un moment qui réunira tout le monde durant ces trois jours de cérémonial.
Amel Bentolba

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site