Lundi 28 aout 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
Faits divers  
Culture  
Monde  
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Il démonte l’une après l’autre les mesures de son prédécesseur Ouyahia efface toutes les traces de Tebboune

Le démantèlement en règle de tout ce qui symbolise ou rappelle encore l’éphémère règne de Abdelmadjid Tebboune se poursuit. Hier encore, l’on a appris via le Journal officiel numéro 50, du 27 août 2017, que le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a pris deux décrets exécutifs, tous deux destinés à annuler les deux mesures phares de son prédécesseur, à savoir la création d’une inspection générale auprès du Premier ministre ainsi que la limitation des importations.

Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Les deux décrets en question, signés par Ahmed Ouyahia le 22 août dernier, effacent, d’un trait, les deux mesures prises par Tebboune il y a à peine quelques semaines. Il s’agit, d’abord, du décret exécutif n°17/244 portant «abrogation du décret exécutif n°17/205 portant création d’une inspection générale auprès du Premier ministre et fixant ses missions et son organisation». Cette «inspection générale», annoncée en grande pompe fin juin dernier, n’est donc plus qu’un mort-né, depuis le 22 août.
A vrai dire, depuis le limogeage de Tebboune, le 15 août dernier. Abdelaziz Bouteflika qui, déjà, était très agacé par ce qu’il appellera «toute publicité inutile de l’activité du gouvernement», comme il tenait à l’exprimer dans son instruction adressée le 3 août à l’ex-Premier ministre, n’admettra jamais l’existence d’une quelconque structure répressive qui échapperait à son contrôle direct. «Au mieux, il s’agit là d’une structure de trop. Avions-nous vraiment besoin d’un nouvel instrument de contrôle avec toutes les structures déjà existantes comme les services de sécurité, l’Inspection générale des finances, la Cour des comptes, etc ? Quand bien même, s’il fallait vraiment mettre en place une nouvelle structure aussi sensible, il ne pouvait avoir comme tutelle que la présidence de la République», nous confie une source proche de la présidence.
La méfiance légendaire de Bouteflika expliquera le reste. Ceci étant, le deuxième décret signé le 22 août dernier par le Premier ministre Ahmed Ouyahia était pour le moins prévu avant même le changement opéré le 15 août dernier à la tête de l’exécutif. Sur instruction présidentielle, et dans le sillage de la fameuse «lettre de recadrage» du 3 août, toutes les marchandises qui étaient bloquées au niveau des ports avaient été libérées pendant que Abdelmadjid Tebboune était encore aux commandes du gouvernement. Il ne sera plus question, dès lors, que d’une simple formalité que Ouyahia signe le décret exécutif n°17/245 «portant annulation du décret n°17/202 (…) modifiant et complétant le décret exécutif n°15/306 (…) fixant les conditions et les modalités d’application des régimes de licences d’importation ou d’exportation de produits et marchandises». Autrement dit, l’on revient aux dispositions du décret exécutif du 6 décembre 2015 qui demeure dès lors toujours en vigueur. Ces deux nouvelles mesures de Ouyahia, certainement prises après consultation de Bouteflika et qui entrent dans le cadre de «la détebbounisation», s’ajoutent à bien d’autres. La plus immédiate étant le report sine die de la date de la tripartite que Tebboune avait, lui, fixée initialement au 23 septembre prochain.
Les déclarations de Ahmed Ouyahia, jeudi dernier, en marge de la réunion informelle avec les partenaires sociaux économiques, qu’il présidait au Palais du Gouvernement, étaient assez claires, à ce propos. Il disait, en substance, ceci : «L’Etat dispose de tous les instruments nécessaires pour combattre la corruption (. ..) Mais dans tous les cas, cela doit toujours se faire dans le cadre de la loi et non pas dans l’anarchie.» Cette pique destinée exclusivement à Abdelmadjid Tebboune augure, par ailleurs, d’autres «épisodes», toujours à charge, de ce qu’il convient d’appeler «l’affaire Tebboune»…
K. A.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site