Mardi 5 septembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
Faits divers  
Monde  
Culture  
Reportage  
Le Soir Retraite  
A fonds perdus
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Rendons sa liberté à cet animal, SVP !

Par Hakim Laâlam  
Allez ! C’est rien ! Plus que dix mois avant les prochaines…

… grandes vacances !

C’est mon coup de gueule animalier du matin. Oui, il m’arrive aussi d’avoir des coups de gueule pour alerter sur le sort des animaux, et pas que des moutons. Non, les moutons, c’est fait ! Aujourd’hui, c’est d’une autre espèce beaucoup plus petite que je voudrais vous entretenir. Une espèce fortement en danger d’extinction en Dézédie. En plus de ce risque de disparition, cette espèce animale vit depuis des décennies un vrai calvaire. Nous, sujets mal élevés, grossiers et maltraitants de la Principauté de Dézédie avons grandement porté atteinte à ce si gentil animal. Pis ! Nous l’avons dénaturé. Nous en avons avili l’image pourtant si belle à l’origine. Car la bestiole est belle. Elle est gracieuse. Elle est agile. Elle est rapide. Elle est affectueuse. Elle est intelligente. Et en sus, elle se contente de peu. De très peu. Un rien la nourrit. Un encore moins que rien étanche sa soif. Et bien, à ce si magnifique spécimen que beaucoup d’ailleurs nous envient de posséder en notre territoire, nous avons fait subir les pires vilénies. Outrageusement, nous avons utilisé son image. Abusivement, nous nous sommes accaparé ses qualités et caractéristiques. Insidieusement, nous avons revendiqué notre droit de propriété sur son nom, sur sa «personne» et sur ce qu’il peut représenter dans l’imaginaire collectif. Dit grossièrement, nous avons spolié la bête de ses droits les plus fondamentaux de bête. Je vais aller plus loin, nous avons fait du fric sur le pôv’ p’tit dos de cet animal inoffensif et sans défense. Un blé fou, sans aucune réelle retombée bénéfique pour l’intéressé ! C’est un comble ! N’est-ce pas ? Pour toutes ces raisons, et pour un tas d’autres tellement ignobles que je n’ose les énumérer ici par respect pour votre sensibilité — car je vous sais sensibles amis lectrices et lecteurs — j’en appelle à cesser d’appeler les Verts de l’équipe nationale de foot «Les Fennecs». Rendons enfin sa liberté au fennec ! Arrêtons de commercer avec son image, et surtout de l’utiliser à tort et à… tort. En un mot, rendons justice à la bête. Et choisissons enfin la bonne espèce pour symboliser ces 22 pieds de chèvres qui jouent aujourd’hui encore à Constantine. Non ! Pas les chèvres ! SVP, pas les chèvres ! Ne choisissez pas les chèvres. Ça serait commettre une autre infamie. A l’encontre des chèvres, cette fois-ci. Et puis, j’aime les chèvres. C’est mon droit citoyen d’aimer les Fennecs tout autant que les chèvres. Est-ce que je vous empêche, moi, d’aimer fumer le thé pour rester éveillés à votre cauchemar qui continue ?
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Allez-vous suivre aujourd’hui le match Algérie-Zambie ?
 
 Oui : 26,20%
 Non : 69,50%
 Sans opinion : 4,30%

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site