Jeudi 7 septembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
Faits divers  
Monde  
Culture  
Haltes Estivales
Ce monde qui bouge
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
L’Algérie est belle mais trop sale !


Par Malika Boussouf
[email protected]

Il est des jours comme ça où l’on a beau se dire que l’on va, pour une fois, faire l’effort de ne pas râler, l’effort en question est battu en brèche par un voisin qui, à cinq heures du matin, a décidé qu’il était temps pour lui de découper son mouton.
Il est rejoint quelques minutes après par un ou deux autres excités de la hache et vous comprenez aussitôt qu’étant donné la délicatesse habituelle que les Algériens montrent en direction des autres, cela durera le temps qu’il faudra. Le sommeil définitivement envolé, vous pensez à cet environnement rendu hostile et repoussant par ceux-là mêmes censés veiller à commencer par leur propre bien- être et celui de leurs enfants. Je ne vais pas rappeler qu’il y a là aussi un voisinage qui mériterait que l’on fasse montre d’un peu plus de civisme à son égard. Mais pour quoi faire quand on sait l’impact de l’individualisme qui nargue au quotidien l’acte citoyen et les rapports à autrui ? Je vais quand même, quitte à en agacer quelques-uns, m’arrêter sur celles et ceux qui, au lieu de mettre du leur pour protéger leur quartier de l’allure qu’il renvoie au regard des passants, s’arrangent, au contraire, pour en infester le climat et le rendre insupportable à la vue et à l’odorat. Il y a quelques semaines de cela a été diffusé sur une chaîne de télé française une émission —«Echappées belles» — sur l’Algérie. Elle avait pour titre «Un été en Algérie». C’était une belle émission.
Emouvante et pleine de généreuses réalités. On sentait que le documentariste avait aimé y tourner et en partager la beauté. On sentait la bienveillance de son regard à l’égard de chaque être rencontré à l’occasion et de chaque recoin choisi pour l’histoire qu’il racontait. Pourquoi a-t-on préféré le portrait qu’a fait Raphaël de Casabianca de l’Algérie à tous les autres ? Sans doute parce qu’il n’en a montré que des aspects sympathiques. Sans doute parce que sa caméra s’est volontairement détournée de la saleté qui ronge le pays. Et que l’on ne nous resserve surtout pas cette débilité selon laquelle ceux qui se fichent de l’état extérieur de leur immeuble sont superpropres chez eux.
M. B. 

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site