Jeudi 7 septembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
Faits divers  
Monde  
Culture  
Haltes Estivales
Ce monde qui bouge
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Tiens donc ! Ils parlent aujourd’hui, les anciens taiseux ?

Par Hakim Laâlam  
Battre la Zambie ? Même en jouant à…

… 102, les Verts n’auraient pas pu le faire !

Allez ! Les « oulémas » de la Principauté de Dézédie viennent d’en rajouter une couche sur leur tartine préférée, Benghabrit ! Dans une déclaration au vitriol, ils dénoncent le retrait de la «Basmala» des manuels scolaires. La «Basmala» n’ayant aucun rapport avec la «Smata», même si une légère rime peut prêter à confusion. Non ! La «Basmala», c’est cette formule religieuse qui ouvre toute déclamation de versets du Coran. Et donc, les «oulémas» tenaient à ce que cette litanie, cette ritournelle, figure en redondance dans les livres de nos chérubins. Tous les livres, même ceux de maths, de physique et de science. Ah ! Les «oulémas» de Dézédie. Ils parlent maintenant. Enfin, je veux dire qu’ils parlent plus fort qu’avant. Parce qu’avant, tout de même, les «oulémas» étaient à la parole forte ce qu’est l’eau tiède à la cuisson de l’œuf. Avant, ceux qui gueulent aujourd’hui chuchotaient, murmuraient et parfois même fredonnaient une douce mélopée sur les bienfaits de l’intégration et de l’assimilation. Mais çà, comme dirait la pub, c’était avant. Aujourd’hui, ils ont trouvé matière à racler plus profond leur gorge et à lancer des bordées sur la ministre de l’Education. Mon Dieu quel courage recouvré ! Mon Dieu, comme ils montent à l’assaut de l’ennemi-femme, cette impie qui travaille insidieusement à laïciser l’école, selon eux. Je pense que si les mectons des «oulémas» passaient sur le divan d’un psy, ils seraient pris de transes et de coulées de sueurs froides à la simple vue d’une photo de la ministre. Les classes surchargées, ils s’en tamponnent le coquillard. L’absence de cantines et de transport pour les écoliers habitant loin de leurs établissements, ils ne connaissent pas. Par contre, dès que la «Basmala» est touchée, remise à sa place, c’est-à-dire là où ils veulent sauf dans un manuel scolaire, les voilà qu’ils retroussent leurs gandouras, et entament leur concert vociférant. En vain ! Puisque la «Basmala» a été remisée dans le placard de la sphère privée. Mais tout de même ! Quelle belle bande d’inadaptés que ces «oulémas». Incapable de se faire assimiler avant. Du temps de Fafa. Incapables de se faire intégrer aujourd’hui. Du temps d’une école en voie de «républicanisation» ! Y a comme ça des gens qui, finalement, ratent la plupart de leurs rendez-vous avec l’histoire ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que les statuts de la police de l’urbanisme doivent être revus ?
 
 Oui : 77,40%
 Non : 9,80%
 Sans opinion : 12,80%

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site