Mardi 19 septembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
Contribution  
Le Soir Retraite  
Culture  
A fonds perdus  
Digoutage  
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Régions : Relizane
Les villageois de Blaid réclament l'ouverture du centre de santé



N’oublions jamais de le dire, la couverture sanitaire du citoyen diminue d’année en année. Aujourd’hui, le citoyen ne se soigne que lorsqu’il est vraiment alité.
En effet, non seulement les traitements lui coûtent les yeux de la tête quand on sait que des centaines de médicaments ne sont pas remboursés, mais aussi le manque d’infrastructures sanitaires est criant. A Blaid, région à vocation agricole dont la majorité des ménages ne vit que grâce à la petite agriculture et à l’élevage, une unité de soins a été réalisée. Au grand dam des citoyens, elle n’est pas encore opérationnelle. «Pour dénicher un site, il a fallu qu’un citoyen fasse don d’une parcelle de terrain», nous a dit un citoyen du village. «L’infrastructure est prête. Nous ne savons pas pourquoi elle n’est pas encore mise en service. D’ailleurs, c’est devenu maintenant une habitude. On réalise des foyers pour jeunes, des dispensaires et même des écoles, mais on les laisse durant des années à l’abandon.
Combien de fois la presse a-t-elle rapporté ce genre de situations ?», s’est demandé ensuite notre interlocuteur. Avant d’expliquer : «Le prétexte avancé à chaque fois que des citoyens réclament l’ouverture de telle ou telle infrastructure, est qu’il y a un manque de personnel. L’Etat ne forme-t-il pas des personnes qui devraient prendre en charge ces services ?»
Notre interlocuteur a mille fois raison car c’est le cas de nombreuses infrastructures ayant subi des dégradations juste après leur réalisation. Cette unité de soins est tellement attendue par les habitants de ce village. «Sa mise en service réglera beaucoup de problèmes. Ici, à Blaid, elle est indispensable à plus d’un titre. N’oubliez pas que le travail dans les champs cause de nombreux risques : morsures de serpents et de scorpions et en plus il y a aussi des blessés. Ces derniers auraient au moins la chance de recevoir les premiers soins sur place», a ajouté un autre intervenant.
Enfin il faudra dire que cette unité de soins évitera aux villageois de se déplacer jusqu’à la polyclinique de Hmadna ou bien celle de Oued Djemaâ qui n’arrivent plus à satisfaire les villageois.
A. Rahmane

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site