Dimanche 24 septembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Contribution
Régions  
Le Soir Santé  
Faits divers  
Culture  
Ici mieux que là-bas  
Digoutage  
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
Cachez-moi ce regard !


Par Malika Boussouf
[email protected]
Je ne sais pas vous, mais moi, les photos qui illustrent les articles faisant état de décisions prises par lui ou d’audiences accordées à un envoyé spécial m’empêchent de prendre au sérieux le compte rendu fait à ce propos. Le contenu de l’article perd tout crédit quand une image dégradante du président de la République est choisie pour l’illustrer. Parce qu’elle est là qui suggère ce que certains refusent de croire et que les questions dont on devine les réponses ne sont pas celles que l’on aime se poser.
Beaucoup d’entre les Algériens, lorsqu’ils parlent de la situation qui prévaut dans le pays, craignent d’évoquer une hypothétique instabilité. C’est pourtant là que les conclusions que l’on ne devrait pas avoir à tirer s’imposent. Je trouve les photos que l’on publie du chef de l’Etat pathétiques.
Quels que soient les sentiments que l’on porte à ce dernier, montrer de la pudeur face à un corps malade dispense du spectacle affligeant qu’il renvoie. Et je ne comprends pas que sa famille permette que l’on étale un portrait aussi triste de celui qui, quoique l’on en pense ou dise, représente encore un Etat souverain dont on s’amuse pourtant de l’image inqualifiable qu’il offre à autrui.
Bouteflika ne s’adresse plus directement aux Algériens. Ce sont des porte-parole qui le font à sa place et nous abreuvent de ce qu’a décidé ou dit le Président à celui-ci ou celui-là. A la limite, le problème n’est pas là. Il vaut mieux une information en partie crédible et en laquelle chacun de nous est libre de douter que pas d’informations du tout. En attendant le prochain mandat et que l’on s’accorde, en haut lieu, sur qui lui succédera, le moins que l’on pourrait faire pour ne pas alimenter les ricanements qui se font entendre ici et là, c’est de montrer plus d’égard à celui que le pays a reconduit quatre fois à sa tête. Inutile de revenir sur l’authenticité des résultats. Le temps de la remise en question d’une participation fiable est passé de mode. A celles et ceux qui pourraient s’empresser de conclure que je fais là une offre de service, je réplique, par avance, qu’il n’y a aucune gloire à s’esclaffer devant un œil égaré.
M. B. 

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site