Jeudi 28 septembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Faits-divers  
Supplement TIC  
Culture  
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Dénonçant l’entrave de l’administration et la loi électorale
La participation du FFS réduite à 29 wilayas


Contrairement aux élections locales de 2012, où il était présent dans une quarantaine de wilayas, le FFS ne fera campagne pour les locales de 2017 que dans 29 wilayas pour les 348 listes électorales municipales et les 18 listes de l’APW. Cette situation, le FFS l’impute à «l’administration et à la loi portant code électoral qui constituent un véritable barrage pour l’exercice démocratique».

Abder Bettache - Alger (Le Soir)
- Lors d’une brève conférence de presse organisée hier au siège du parti, le premier secrétaire national du plus vieux parti d’opposition démocratique a indiqué que la participation du FFS aux élections locales du 23 novembre prochain est «une autre forme de lutte et de résistance pour faire échec à ceux qui veulent compromettre l’avenir de l’Algérie et dilapider ses richesses». A ce propos, M. Hadj Djilani a précisé que «la préparation à ces élections a eu lieu dans des conditions très difficiles», accusant «l’administration et ses relais de faire barrage à une réelle participation politique à ces élections».
Mieux, il ajoute que ces «entraves ont pour principaux objectifs» «d’encourager les corrompus (ch’kara) et les personnes qui veulent influer sur le déroulement de l’opération électorale».
«Les élus des partis du pouvoir et les walis favorisent les candidats représentant ces mêmes formations politiques», a-t-il poursuivi, évoquant des cas de refus de légalisation de documents de candidature présentés sous le sigle du FFS.
En dépit de toutes ces considérations, le conférencier se dit confiant quant aux chances du FFS de créer des surprises à l’issue du prochain scrutin, rappelant que, lors des dernières législatives de mai 2017, cette formation politique avait pu recueillir plus de 100 000 signatures.
Il a réitéré, à cette occasion, l’attachement du parti à l’initiative du consensus national, qu’il veut «sérieux» pour, dit-il, une sortie de crise pour le pays. C’est dans cette optique qu’il dira «que la participation du FFS à ces élections est une autre étape pour expliquer notre programme politique, sensibiliser les citoyens et les mobiliser autour de leurs droits en élargissant l’espace de la lutte pour construire un Etat souverain, démocratique et social pour lequel se sont sacrifiés des militants et à leur tête notre défunt président Hocine Aït-Ahmed et ses compagnons».
Lors de cette introduction faite sur les conditions de préparation de la participation du FFS aux joutes électorales de novembre prochain, M. Hadj Djilani annonce le nombre de listes électorales du FFS devant prendre part aux élections municipales et wilayas. Cependant, il a tenu à indiquer que son parti ne présentera pas de listes électorales au niveau de l’APC de Birkhadem dans la wilaya d’Alger et ce, «suite à l’absence d’un consensus entre militants pour la confection de la liste électorale», d’où les «excuses présentées aux militants de la base pour cette absence». Il est à noter que la circonscription administrative de Birkhadem est considérée comme l’un des fiefs du FFS dans la capitale.
Cela étant, cette sortie médiatique du premier secrétaire national du FFS, lui a permis de se prononcer sur certains sujets d’actualité. A ce titre, il rappelle que «54 ans après la création du FFS, les martyrs et les moudjahidine de la lutte pour la démocratie attendent une reconnaissance de l’Etat et revendiquent leurs droits à être reconnus en tant que tels».
Transition toute faite pour le conférencier de dresser un tableau négatif de la situation que traverse le pays.
Pour le FFS, à en croire son premier secrétaire national, «l’Algérie ne vit pas une crise économique comme veut nous le faire croire le pouvoir. La question est beaucoup plus profonde que ça». «L’absence de confiance entre le gouvernant et les gouvernés et l’absence d’un Etat de droit et d’une justice sociale ont contribué à la fragilisation et la continuité de l’Etat. La crise de l’Algérie est une crise politique, en premier, de confiance et de gestion. En un mot, c’est une crise de gouvernance», a-t-il expliqué.
A. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site