Mardi 10 octobre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Contribution
Régions  
Culture  
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : LE PREMIER MINISTRE RUSSE EN VISITE EN ALGÉRIE
Moscou à la reconquête d’Alger


Moscou part à la reconquête de ses anciennes zones d’influence perdues et ne ménage aucun effort pour y parvenir vite et bien. Alger est visiblement considérée comme une étape importante de la stratégie mise en place et d’ailleurs clairement définie par le Premier ministre russe à la veille d’une visite intervenant à l’invitation de son homologue algérien.
Abla Cherif - Alger (Le Soir)
- Dmitri Medvedev était attendu hier en fin de journée pour des entretiens qui ne débuteront cependant qu’aujourd’hui avec son homologue et d’autres hauts responsables chargés de mettre en place «une nouvelle étape dans l’élargissement des relations distinguées entre les deux pays», selon les propos tenus par Abdelkader Messahel.
L’Algérie, qui paraît d’ailleurs prêter une attention toute particulière au développement des relations bilatérales, s’est exprimée dimanche sur le sujet par la voix de son ministre des Affaires étrangères lequel mettait l’accent sur la volonté des deux pays «d’élargir leur coopération dans les domaines politique, sécuritaire et économique». De ce point de vue, l’Algérie, à la recherche de nouvelles options économiques et autres sources de développement, part gagnante, forte de l’intérêt russe que Medvedev qualifie (dans un entretien à l’APS) de «partenariat mutuellement avantageux dans plusieurs domaines».
Medvedev a d’ailleurs rassuré et confirmé la disponibilité de son pays à «soutenir les partenaires algériens qui œuvrent à transformer leur pays en centre industriel et énergétique régional de l’Afrique du Nord». La position géographique de l’Algérie est perçue comme atout de taille et son rôle en «Afrique du Nord et dans le continent africain» jugé «important». «Alger, poursuit le Premier ministre russe, est un partenaire très fiable et ouvert à la coopération dans beaucoup de domaines.»
Pour étayer ses propos et rassurer sur la qualité du partenariat économique qu’envisagent d’entreprendre les deux pays, Medvedev a tenu à rappeler qu’après la tenue à Alger de la 8e réunion de la commission intergouvernementale bilatérale, «des représentants de grandes entreprises russes telles que Gazprom, Transneft, Novatek, Inter RAO-Engineering, Ouralvagonzavod et beaucoup d’autres se sont rendus en Algérie dans le cadre de missions d’affaires».
Les intérêts semblent également partagés sur un tout autre plan, politique cette fois, puisque les responsables des deux pays s’accordent à évoquer les principes partagés sur les questions de droit international tels que le principe de non-ingérence, farouchement défendu par l’Algérie. «Les peuples de toutes les régions du monde ont le droit de décider eux-mêmes de leur sort et résoudre leurs problèmes internes de manière pacifique sans violence et en s’appuyant sur le droit», indiquait encore Medvedev à l’APS ajoutant qu’«aucune ingérence extérieure n’est acceptable, c’est le seul moyen de résoudre les conflits en Syrie, au Yémen, au Mali».
De la même manière, il a tenu à faire état de la convergence de points vue des deux pays sur le sujet du terrorisme, un phénomène, dit-il, «qui ne peut être combattu que de manière concertée».
Selon Abdelkader Messahel, les discussions prévues durant sa visite porteront d’ailleurs également sur «les conflits dans la région, ainsi qu’au Yémen, en Syrie et au Mali». Entre les deux pays, la symbiose semble totale, l’intérêt est partagé des deux côtés.
A. C.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site