Mardi 10 octobre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Contribution
Régions  
Culture  
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : APRÈS UNE ÉCLIPSE DE QUELQUES MOIS
Les Patriotes préparent leur congrès


S’étant mise en veilleuse des mois durant, l’Alliance nationale patriotique (ANP) revient au-devant de la scène pour remettre au goût du jour sa revendication phare : la reconnaissance officielle de la résistance citoyenne contre le terrorisme islamiste.
Mohamed Kebci - Alger (Le Soir)
- C’était samedi dernier à l’occasion d’une réunion au siège régional du RCD à Alger-centre, qui a regroupé des délégués de gardes communaux, de Patriotes et de victimes du terrorisme venus de 32 wilayas.
Un conclave lors duquel la situation générale du pays a été épluchée avec, au final, la résolution adoptée de relancer le projet de l’Alliance au vu des «dangers qui menacent les acquis engrangés au prix d’incommensurables sacrifices», soutenait, hier, Aliouet Lahlou, reconduit à son poste de porte-parole de l’ANP alors que Benaldja Douadi, représentant des victimes du terrorisme, a été élu coordinateur national, de même qu’un bureau composé de 15 membres et un exécutif de 7 membres ont été installés à la même occasion.
Pour celui qui fut longtemps porte-parole de la coordination nationale des gardes communaux et coordinateur national du mouvement national libre des gardes communaux, la toute dernière sortie de Ali Benhadj qui avait répliqué au documentaire diffusé par la télévision nationale à l’occasion du 12e anniversaire de l’adoption de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, en soutenant que «nous aussi nous n’avons pas oublié», est révélatrice du bien-fondé de notre leitmotiv. Car, expliquera Aliouet, le meilleur antidote contre l’amnésie et les tentatives de remise en cause des acquis est la reconnaissance officielle de la résistance citoyenne contre le terrorisme via sa consécration dans la constitution. D'où, d’ailleurs, la désapprobation, en février 2016, de la nouvelle constitution, par ces trois catégories qui ont créé cette alliance qui se veut, selon notre interlocuteur, un «espace d'échange de visions et de coordination sur la situation du pays». Avec comme revendications phares, «la défense des acquis de la résistance citoyenne contre le terrorisme, la sauvegarde de la stabilité et de la paix et la reconnaissance officielle des sacrifices consentis pour la sauvegarde de la République».
Une connotation purement politique dont le porte-parole de l’alliance nationale patriotique dit ne pas «rougir», lui qui estime que le volet «matériel» des revendications de ces trois acteurs clés de la lutte contre le terrorisme est «sérieusement pris en charge» par les pouvoirs publics. Avec, avouera-t-il, près de 35 000 anciens gardes communaux qui ont bénéficié de logements sociaux, un accompagnement social, une revalorisation pas encore effective, certes, des retraites et des pensions de réversion pour les victimes. Ne subsiste encore que le problème des radiés du corps de la garde communale, soutenant que des démarches sont toujours en cours pour régler ce contentieux. Ceci même si Aliouet souhaite «l'inscription des sacrifices de ces catégories à l'actif du ministère des Moudjahidine pour qu'elles puissent bénéficier des avantages et de la prise en charge adéquate».
L’alliance nationale patriotique tiendra son congrès constitutif, selon son porte-parole, dans deux à trois mois et les préparatifs pour ce faire vont incessamment démarrer avec, en tout premier, une toute prochaine rencontre avec les gens des médias.
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site