Mardi 17 octobre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Régions  
Faits divers  
Monde  
Culture  
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Entretien
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : A fonds perdus
Le mythe de «l’industrie 4.0»


Par Ammar Belhimer
[email protected]

Erinç Yeldan, professeur d’économie, doyen de l’Université turque de Bilkent, membre de la direction de l’International Development Economics Associates (IDEAs) dont le siège est à New Delhi, croit pouvoir révéler ce qui se profile «au-delà des fantasmes de l’Industrie 4.0” dans une contribution signée sur le site Social Europe(*). Il y explore les nouvelles tendances du capitalisme mondial au cours de cette première moitié du XXIe siècle. Trois d’entre elles lui paraissent significatives : 1. La déflation, à savoir l'effondrement de tous les prix (y compris les salaires et les taux d'intérêt) ; 2. Le blocage ou le gel de la croissance de la productivité ; 3. L’élargissement ou l’accroissement des inégalités de revenus et l’approfondissement de la fragmentation et de l'exclusion sociale.
Si l'environnement déflationniste favorise la décélération des taux de profit ainsi que les prix des produits de base et freine les opportunités de production de capitaux, la fragmentation des couches de revenus et l'exclusion sociale constituent «la principale source de migration irrégulière et d'augmentation de la violence sociale à l'échelle mondiale».
Pour les plus démunis, la détérioration est générale ; tout tire vers le bas : les salaires, les droits sociaux et les conditions de travail.
Les politiques néolibérales de flexibilité et de privatisation poussent le travail salarié vers l’informel et la vulnérabilité, avec pour conséquences «une détérioration de la répartition des revenus et une augmentation de la pauvreté».
Les jeunes sont les premiers à subir ce virage antisocial. Le chômage atteint 71 millions de personnes parmi la frange des 15 à 24 ans. Ceux parmi eux qui arrivent à trouver un emploi ne sont pas pour autant sortis de la pauvreté, si l’on croit l'OIT qui chiffre à 156 millions le nombre de jeunes travailleurs vivant dans des conditions de pauvreté absolue. Les chercheurs de l'OIT ont défini la pauvreté absolue par rapport au seuil de 3,10 $ par jour et révèlent que ce chiffre couvre 37,7% – soit plus du tiers – des jeunes qui travaillent.
La nouvelle politique économique dominante parle une nouvelle langue : «La lutte contre l'inflation et la discipline budgétaire sont devenues les nouveaux fétiches de la recherche mondialisée d'austérité, tandis que les priorités du capital mondial ont été détournées vers les tables de jeu du capitalisme de casinos. Des concepts tels que «crédibilité», «gouvernance», «transparence» sont entrés dans le jargon de l'économie, car le terme «économies en développement» a été remplacé par «nouvelles économies de marché émergentes» et des concepts comme «bourgeoisie industrielle» ou «capital financier» ont été éclipsés pour être remplacés par le concept neutre de ‘’joueurs’’».
La baisse tendancielle du taux de profit s’exprime par une rentabilité décroissante du capital industriel et une tendance mondiale à la désindustrialisation. Le capital financier a trouvé la parade à cette menace : «Face à la tendance générale à la chute du taux de profit industriel, les centres de capital mondial ont jugé plus pertinent de se départir des secteurs industriels en secteurs spéculatifs pour compenser la perte de rentabilité avec des retombées spéculatives de rentiers.»
Le rapport sur le commerce et le développement de 2014 de la Cnuced rapporte ainsi que le taux de croissance des dépenses d'investissement fixes a ralenti de manière significative dans le monde développé, passant d'un taux annualisé de 3,4% dans les années 1970 à moins de 1,0% en 2010-2014.
Ainsi, «la tendance générale à la baisse des investissements fixes dans de nombreux pays est l'un des faits stylisés des deux premières décennies du XXIe siècle».
Le courtermisme et la volatilité de la finance ont détruit l’économie réelle, «l'expansion de produits lucratifs de financement spéculatif» s’est faite au détriment des dépenses d'investissement en capital fixe, entraînant une baisse des gains de productivité et l'augmentation du chômage structurel : «L'OCD rapporte que la productivité du travail dans les secteurs industriels, en particulier, est purement négative dans de nombreux pays au cours de l'ère de la Grande Récession, une observation qui semble persister dans la troisième décennie en cours du XXIe siècle.
La croissance de la productivité de la main-d'œuvre industrielle est apparemment nulle en Amérique latine, tandis que l'Asie de l'Est enregistre des taux de croissance de la productivité du travail certes soutenus mais, toutefois, significativement volatils.»
Cette mutation du capitalisme mondial, sur fond de désindustrialisation, a plusieurs conséquences : une pauvreté accrue, l'aggravation de la répartition des revenus et l'intensification de l'exclusion et de la violence sociales.
Que peut l’avènement de ce qui est communément appelé «Industrie 4.0» ?
«En tant que concept futuriste popularisé pour le XXIe siècle, ‘’Industrie 4.0’’ révèle une attente messianique d'une révolution technologique englobant l'utilisation de techniques avancées de conception numérique et de robotique pour la production de ‘’biens à forte valeur ajoutée’’.»
La transformation de l'ordre technologique basé sur la robotique soulève à son tour des questionnements d’ordre socio-politique : à qui appartiennent les droits de propriété des robots ? Quid des Etats en tant que propriétaires de capitaux publics ? Quid des sociétés transnationales ?
«Les réponses socialement pertinentes à ces questions sont vitales, elles font faire écho en nous le célèbre dicton de Marx : ‘’le capital n'est pas une relation technologique, mais une relation sociale de production’’.»
A. B.

(*) Erinç Yeldan, Beyond Fantasies Of Industry 4.0, Social Europe, 7 août 2017,
https://www.socialeurope.eu/ beyond-fantasies-industry-4-0- global-capital-no-answers

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site