Mardi 17 octobre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Régions  
Faits divers  
Monde  
Culture  
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Entretien
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : COMPLEXE SIDER EL HADJAR
Reprise effective de la production


Les agents déstabilisateurs ont échoué dans leur tentative d’entraîner vers la fermeture le complexe sidérurgique El-Hadjar, souligne le secrétaire général du syndicat de cette entreprise, Noureddine Amouri. Ce que confirme, d’ailleurs, la reprise de la production du fer et de l’acier par le haut-fourneau n°2 et les autres installations qui s’y greffent.
C’était dimanche dernier à 14h pour la première coulée et 18h pour la seconde. La tension était grande dans le milieu des 4 300 sidérurgistes dont les cadres gestionnaires. La moindre erreur d’appréciation des données était synonyme de fermeture de cet important outil de production national. D’erreur, il n’y en a pas eu.
Toutes les précautions avaient été prises en ce sens par la direction générale de l’entreprise. Il faut dire que mise sur la sellette à maintes reprises, celle-ci se devait de s’assurer de la disponibilité de l’ensemble des moyens pour éviter toute mauvaise surprise. Telle l’eau nécessaire au refroidissement des installations hautement sensibles et nécessitant un important apport en eau brute (1 600 m3/heure).
Problème qui a surgi cet été. Depuis, les mêmes gestionnaires ont multiplié les actions pour une plus grande disponibilité de ce liquide. D’où la réalisation de deux ouvrages producteur chacun de 30 000 m3 et celle d’un important bassin d’une capacité de plus de 300 000 m3. «Les travailleurs et l’encadrement ont peiné dur pour atteindre ce résultat. La réussite est totale. Il a été matérialisé dans tous les domaines et au niveau de la totalité des installations de production.
Le pari avait été lancé par nos travailleurs au lendemain des tentatives de déstabilisation dont notre complexe sidérurgique a fait l’objet. Ce n’est pas la première fois que ces tentatives sont lancées par des individus indignes de la nationalité algérienne. La réponse a été cinglante aussi du fait que la première coulée a été suivie d’une deuxième à 18h, également réussie. Il fallait être présent sur le site pour vivre la satisfaction de tout un chacun des travailleurs, de leurs représentants syndicaux et les cadres gestionnaires», a déclaré le secrétaire général du syndicat de Sider El-Hadjar, Nourredine Amouri.
La précision de ce syndicaliste est de taille. Elle met en relief les contraintes psychologiques auxquelles les sidérurgistes étaient soumis depuis des mois. Elles ont été quelque peu consolidées par l’arrêt subit, quelques heures à peine après le lancement de la production, du haut-fourneau du début du mois de septembre.
Il s’agissait, entre autres, du problème de l’indisponibilité de l’eau. Selon les dires d’un des cadres en poste au niveau de ce même H-F, cette difficulté ayant été aplanie autant que celles liées à la technique, la réussite de la mise à feu du H-F n°2 et la mise en production des installations ont été une réussite. D’où le lancement de la deuxième coulée.
A partir de là, les langues ont commencé à se délier en ce qui concerne le comportement de certains importateurs de produits sidérurgiques. Intéressés par l’écoulement de leurs seuls produits sur le marché national aux prix qu’ils imposent, ces derniers avaient multiplié les opérations de déstabilisation. Pour les travailleurs, leur encadrement et leur syndicat, la reprise de la production sidérurgique au complexe El-Hadjar n’est pas une fin en soi. Il s’agirait pour eux de consolider les différentes unités de production et de commercialisation. Ce que prévoit la deuxième phase. Celle-ci a pour objectif de dépasser le million de tonnes/an d’acier liquide à court terme. En tout état de cause, au complexe sidérurgique El-Hadjar, le temps est à l’espoir du renouveau. Surtout l’impact positif sur le secteur socioéconomique que la reprise de la production du fer et de l’acier ne manquera pas de créer.
A. Bouacha

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site