Mardi 17 octobre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Régions  
Faits divers  
Monde  
Culture  
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Entretien
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Comment dit-on «Papa Noël» en espagnol ?

Par Hakim Laâlam  
- Où va la Dézédie ?
- Dans le mur !
- Qui a construit le mur ?
- Haddad !
- Ouf ! Le choc sera minime !
- ???

C’est Noël ! Les gens me prennent pour un fou, me voyant dehors, des cadeaux sur les bras, un gros manteau et un cache-nez barrant le bas de mon visage et le cou. Pourtant, c’est bien Noël ! Oui, bon, pas besoin de me mettre un calendrier sous le nez, car avec le cache-nez, je n’y verrais goutte. Mais je sais bien que nous ne sommes qu’en octobre. Et n’étant pas subitement devenu sénile, j’ai encore souvenance que Noël se fête en décembre. Fin décembre, normalement. Mais je n’en démordrais pas, pour moi, c’est aujourd’hui et maintenant Noël. D’ailleurs, à la maison, j’ai ressorti un vieux sapin, des boules complètement cabossées, une étoile flétrie et des guirlandes poisseuses, et j’ai disposé le tout dans un coin du salon, sans oublier, bien sûr, d’allumer des petits lampions qui clignotent courageusement malgré leur âge avancé. C’est Noël ! En fermant fort les yeux, j’entendrais presque le crissement des pas des passants sur la neige, en bas de mon immeuble. Quoi, il fait 30° ? Il peut faire 45° que ça ne changerait rien pour moi. C’est Noël ! Si j’ai allumé le chauffage ? Je vois que vous ne me prenez pas au sérieux. Voire même que vous vous foutez un peu de ma tronche. Je n’ai pas besoin d’allumer le poêle à gaz pour sentir Noël. Et vous devriez en faire autant. Tendez l’oreille. Et avec un peu de concentration, vous entendriez alors les grelots des rennes arrivant grand train en principauté de Dézédie. Sur le char, le bon gros Père Noël, la mine en permanence réjouie, même s’il a horriblement chaud en s’apprêtant à atterrir ici. Je divague ? Point du tout ! C’est juste que je vois des choses que vous ne semblez pas voir. Et là, je vois bien papa Noël descendant par la colonne de cheminée du domicile algérois d’Alcaraz, avec dans sa hotte plein de cadeaux merveilleux, dont un chèque magique de 360 mille euros pour… trois matchs perdus. Jingle Bells ! Jingle Bells ! Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel, n’oublie surtout pas mon petit thé que je fumerai, pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue…
H. L.

Nombre de lecture : 1

  Édition papier
Voir la une du journal en PDF
     

Dernier sondage 
Pensez-vous que Sonatrach devrait revoir totalement son mode de fonctionnement ?
Oui : 81,50%
Non : 10,90%
Sans opinion : 7,60%


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site