Samedi 25 novembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Lettre de province  
Soit dit en passant  
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Boumerdès
Le statu quo


94 citoyens d’Afir, dans l’extrême est de la wilaya de Boumerdès, ont occupé, durant toute la journée du jeudi, le siège de leur municipalité pour protester contre leur exclusion de la liste électorale.
A Ouled-Moussa, les autorités ont créé un centre de vote à Mizraâ. 3 500 électeurs ont été transférés de Mouilha vers cette localité sans que ces électeurs en soient avertis, résultats : des centaines d’entre eux, après avoir fait le va-et-vient entre les deux agglomérations, ils sont rentrés chez eux sans avoir accompli leur devoir électoral.
Le mouhafedh du FLN Si Youcef nous a remis la copie de la lettre qu’il a adressée, contre accusé de réception, le 12 novembre au coordinateur local de la Haute Instance indépendante de supervision des élections dans laquelle il demandait l’application de l’article 76 de la loi 16/10 organique sur les élections contre Bouhedi Djamel qui s’est porté candidat au niveau de l’APC de Ammal sur la liste du RND et sur la liste TAJ au niveau de l’APW. Que fera la justice lorsqu’il sera question de répartir les sièges des deux institutions concernées et le Conseil constitutionnel en cas de recours ?
Pour rappel, en vertu de l’article cité plus haut, les deux listes incriminées devaient être rejetées. En outre, ce candidat est, selon l’article 202 de cette loi, passible d’une condamnation en pénal. Après avoir sillonné plusieurs communes nous avons constaté un phénomène qui discrédite toute élection. Il s’agit du travail des rabatteurs de candidats qui font pression sur les électeurs. Ces rabatteurs, généralement des jeunes chômeurs voire des enfants en nombre, sans un iota de culture politique, abordent les femmes et les vieux parfois de manière gênante ou menaçante.
De leur côté, les services de sécurité refusent d’agir en dehors des centres de vote. Faut-il rappeler que la question de l’achat de voix n’est plus un secret pour personne dans la wilaya de Boumerdès.
Ces investissements numéraires en politique feront leur apparition lors des prochaines sénatoriales y compris parmi ceux qui ne cessent de décrier faussement l’intrusion de l’argent dans la sphère politique.
Ce sont les quelques faits marquants d’un scrutin pour lequel 504 069 électeurs et électrices ont été convoqués et qui s’est déroulé, il faut en convenir, dans le calme. Premier constat que l’on fait à la fin de la journée de jeudi, la wilaya de Boumerdès a opté pour le statu quo. En effet, comme par le passé, ce sont les partis politiques du pouvoir ou proches du pouvoir qui sont sortis vainqueurs des élections locales et régionales.
Par ailleurs, le vote pour les APC et l’APW n’a pas différé de celui des législatives de mai dernier au niveau de l’abstention notamment. Les résultats préliminaires indiquent que 59,21% des électeurs de la wilaya n’ont pas voté aux APC et 61,31% de ces électeurs se sont abstenus au scrutin pour le choix de leurs représentants à l’APW. On observe, en effet, que la majorité des électeurs refusent de s’impliquer dans le jeu politique en place, quitte à se délester de leur droit constitutionnel. Il y a désormais une deuxième catégorie de protestataires qui se contentent de faire usage de leur droit civique sans pour autant donner un quitus par un choix électoral. Cela se concrétise par des bulletins nuls en grand nombre. Nous avons observé, lors du dépouillement des bulletins de la commune de Boumerdès où le taux de participation était faible, que les bulletins nuls étaient majoritaires (majorité relative). Ces électeurs protestataires en sourdine se recrutent généralement au sein du corps des fonctionnaires et des éléments des corps constitués.
Il y a enfin le gisement électoral traditionnel de l’administration ou celui que les candidats acquièrent moyennant finances. Comme on peut le noter, dans cette wilaya, la marge de manœuvre de l’opposition reste étroite tant que la majorité ne se mobilise pas.

Le FLN et le RND coude-à-coude au niveau de l’APW
Selon les résultats préliminaires, le FLN, qui a gagné 9 sièges à l’APW et ayant plus de voix, aura droit de présenter la candidature à la présidence contrairement au RND qui a également engrangé 9 sièges. Ce couple est suivi du MPA, 8 sièges ; du FFS et de l’ANR, 6 sièges chacun ; et le Front El-Moustakbel qui prend les 5 restants.
Par ailleurs, le Front El-Moustakbel a créé la surprise en s’adjugeant 4 sièges et la majorité relative de la commune du chef-lieu de la wilaya. Pour le vote de ce jeudi, 504 069 électeurs ont été convoqués pour choisir parmi 5 126 candidats— 4 201 hommes et 925 femmes — inscrits sur 227, 542 représentants dans 32 Assemblées communales et 43 élus pour l’Assemblée de wilaya.
Abachi L.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site