Samedi 25 novembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Lettre de province  
Soit dit en passant  
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Tizi-Ouzou
Résurrection du FFS et déclin du RCD


Ce n’est certes pas la grande confusion, mais la situation politique qui règne en Kabylie depuis quelques années maintenant augure encore une incertitude telle qu’aujourd’hui, au sortir de ces élections locales, au regard des résultats et de la toujours forte population d’abstentionnistes, on semble parti pour une rallonge de la période de tâtonnements chez les principaux acteurs de la scène politique locale.
Sans que cela constitue vraiment une grande surprise, les élections locales dans la wilaya de Tizi-Ouzou ont débouché sur des Assemblées communales pour le moins hétéroclites dans leur composante à travers la grande majorité des 67 communes. Très peu sont, en effet, les APC ayant été décrochées haut la main. Déjà, du taux de participation qui fait toujours débat, tellement dans la wilaya de Tizi-Ouzou s’exprimer lors d’une élection ce n’est pas ce qui fait courir le plus, ils étaient 37,73% des électeurs à s’être exprimés pour l’Assemblée de wilaya, un taux dans les normes même si cette fois beaucoup s’attendaient à le voir grimper autour des 40%.
Globalement pour l’APW, même s’ils ne peuvent pas prétendre avoir réussi des scores extraordinaires, le FFS et le RCD, avec respectivement 20 et 14 sièges, se maintiennent pour, ainsi, laisser augurer des sessions toujours aussi animées à l’hémicycle Rabah-Aïssat où officieront également les mêmes arbitres que sont le FLN et le RND avec leurs 7 et 6 représentants. A l’APW de Tizi-Ouzou, c’est un scénario déjà vu qui a prévalu, au contraire des communes.
Une élection, pour les APC, qui a donné lieu à des échanges plutôt aigres, surtout à travers les réseaux sociaux, entre les partisans notamment des principaux courtisans à la présidence de la très convoitée et politiquement chargée mairie de la ville de Tizi-Ouzou. Des courtisans dont un singulièrement aura focalisé l’attention : le président sortant et dissident du RCD, Abdelwahab Aït-Menguellet, meneur de la liste indépendante «Fraternité». Un concurrent qui, finalement, à lui seul pratiquement, a porté un coup fatal, du moins au chef-lieu de wilaya, à son ancien parti qui, d’ailleurs, à la première lecture des résultats, aura été un des grands perdants de ces locales.
Sans doute, le poids des récents mouvements ayant valu une saignée au RCD, qui doit maintenant convaincre les dirigeants du parti que quelque chose s’est cassé et, ainsi, ne plus jouer à essayer de noyer le poisson en clamant à qui veut les entendre que face aux départs de militants depuis le printemps dernier, des vagues d’adhésions ont été enregistrées.
Comme de coutume, les communales ont permis à la wilaya de Tizi-Ouzou d’enregistrer un taux de participation très acceptable, 43,75%. Des résultats enregistrés, conjugués à l’issue du vote pour l’Assemblée de wilaya, il ressort que la fameuse carte politique dans la région est encore en pleine reconfiguration. Ceci explique les résultats tellement serrés que personne ne puisse jurer de rien sur le plan politique en Kabylie. La relative résurrection du FFS qui a pu s’approprier plusieurs mairies, certes avec une majorité des plus strictes, le déclin confirmé du RCD, qui a perdu 4 communes notamment sur des terres que l’on croyait qu’il avait conquises pour la postérité, le FLN qui arrive en tête dans les communes de Yakouren, Larbaâ-Nath-Irathen, Aïn-Zaouia, Aït-Aïssa-Mimoun ou encore Ifigha et Idjeur, sans compter les localités où il s’est retrouvé au coude-à-coude avec le FFS, comme à Draâ-El-Mizan ou Ouaguenoun, et puis le RND qui a récolté plus d’une centaine de sièges au total avec des mairies qu’il s’est octroyées haut la main, comme c’est le cas de la symbolique comme d’Iboudrarène chère à Ahmed Ouyahia, tout cela fait qu’aujourd’hui, tout est à faire pour qui veut jouer au leader dans le paysage politique de la Kabylie.
Ceci, sans parler de ces partis qui tentent de se frayer une place dans la gestion des Assemblées à l’instar du MPA qui a fait mieux qu’il y a cinq ans, même si la performance n’a pas été au rendez-vous dans la course à l’Assemblée de wilaya.
M. Azedine

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site