Samedi 25 novembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Lettre de province  
Soit dit en passant  
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Guelma
Coude-à-coude entre le FLN et le RND


Aucune majorité claire ne s'est donc dégagée des élections locales du 23 novembre à Guelma, un scrutin qui s'est joué au coude-à-coude entre le FLN et le RND. En l'absence d'une majorité forte, les alliances, promettent d'être compliquées.
Pour la mairie de Guelma, le FLN s'est imposé d'une seule courte longueur où il a remporté neuf sièges sur les 33 que compte l'Assemblée communale. Il est talonné par le RND qui a sauvé 8 sièges, alors que ce parti a remporté une majorité relative à l'APW avec 13 sièges sur 39, contre 9 pour le Front de libération nationale. Au total, le parti d'Ahmed Ouyahia a remporté 18 communes sur les 34 que compte la wilaya, en attendant les résultats définitifs. Et la participation aux élections locales de 2017 a atteint 50,84%, pour l'APC et environ 50,12% pour l'APW. Mais ce scrutin était l'occasion de recueillir diverses paroles d'électeurs et de sélectionner quelques instantanés.
Les Guelmois, pour certains qui étaient encore hésitants à la dernière minute, ont voté jeudi. A 17 h, la participation était de 50,82% pour l'APC et de 50,11% pour l'APW. Certains autochtones ont hésité jusqu'à la dernière minute. L'impact de la léthargie des élus communaux sortants qui a caractérisé le dernier mandat est difficile à évaluer. «Vous avez remarqué comment l'administration a pris dernièrement une initiative salutaire pour organiser des campagnes de nettoyage de la cité, que font nos élus communaux donc ? Mais ça n'a pas d'influence sur mon principe de voter, qui reste pour moi un devoir», a estimé Ammi Amor, un ancien commerçant du centre-ville. «J'ai eu des hésitations. Je me suis posé des questions, mais je suis revenue à la raison» même si la quasi-totalité des candidats «ne porte pas mes valeurs», assure Fatiha, une sexagénaire, retraitée du secteur de l'éducation. Yasmina, grand-mère de 78 ans, a voté à l'école Mohamed-Abdou du centre-ville de Guelma, «sans trop savoir pour qui». «J'y vais juste pour accomplir mon devoir, tout en espérant que les choses vont changer», a-t-elle dit. Mourad, infirmier de 55 ans, voudrait, lui, «un maire qui s'en tienne à ses promesses» et «ne change pas en chemin, comme c'était le cas pour les élus sortants».
A l'école Mohamed-Laïd-Al-Khalifa, Badreddine, 65 ans, s'est décidé «dans l'isoloir» et a «presque voté au hasard». Pour lui, «il faut voter et c'est tout». Les «questions d'environnement» ont toutefois «guidé le vote» à Guelma.
Le FLN, qui détient les clés de la mairie du chef-lieu de wilaya depuis plusieurs années, arrive à peine à décrocher l'APC de Guelma avec un score étriqué (9 sièges), devant son rival, le RND (8 sièges). «Avec tout ce qu'on voit, l'insalubrité... Il faut que ça change», assène des sympathisants de l'ancien parti unique.
Quoi qu'il en soit, plus de 50% des Guelmois se sont présentés ce 23 novembre 2017 aux urnes.
Noureddine Guergour

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site