Chronique du jour : DIGOUTAGE
Le pouvoir selon Abdelkader


Par Arris Touffan
L’émir Abdelkader a été le chef suprême de la rébellion pendant les 17 années où il combattit l’invasion coloniale de l’Algérie. Puis, il décida d’arrêter de se battre. «Emprisonné» en France, il sera autorisé à quitter le pays qui l’a vaincu pour finir son exil en Syrie. Ses années de résidence surveillée en France l'ont aidé à mûrir sa réflexion sur divers sujets et en particulier sur la question du pouvoir. Lui qui, dans sa jeunesse, voulait se consacrer «à Dieu et à la patrie», a fini par ne se dévouer qu’à Dieu. Depuis son exil syrien, il écrivait que l’exercice du pouvoir est un tourment et que celui qui s’y colle devra «rendre des comptes au jour du Jugement dernier». Avis aux amateurs collants !
A. T.
[email protected]





Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2017/11/25/article.php?sid=220392&cid=8