Dimanche 26 novembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : LEUR PERTE DE TERRAIN SE CONFIRME
Le déclin des islamistes


S’il subsistait encore un doute il s’est dissipé ce week-end après la proclamation des résultats des élections qui viennent de s’achever : le déclin de la mouvance islamiste n’est pas une simple vue de l’esprit. Les chiffres parlent d’eux-mêmes révélant l’existence d’une nouvelle situation au sein de la société.
Abla Chérif - Alger (Le Soir)
- La mouvance islamiste partie briguer des sièges durant ces communales se présentait comme suit. Le Mouvement de la société pour la paix (MSP), Ennahda, El-Adala et El-Binaa, tous trois regroupés au sein d’une même formation, une alliance en fait conçue comme un front pour faire face aux impératifs de l’heure. Et que nous disent les chiffres justement ? Eh bien les quatre partis ont réussi à obtenir uniquement 57 sièges au sein des APC. La majorité a été arrachée par le MSP avec 49 sièges représentant 4,9%, alors que l’alliance n’a pu dans sa totalité acquérir que 8 sièges.
Plus grave encore, ni le MSP, ni le trio Ennahda, El-Adala et El-Binaa n’ont pu obtenir de sièges au sein des APW. Dans son ensemble, la mouvance avait pourtant présenté pas moins de 720 listes pour les APC et une autre centaine de listes pour les APW. Là aussi, les espaces sont majoritairement occupés par le Mouvement de la société pour la paix, puisque des chiffres plus détaillés nous permettent d’apprendre que l’alliance islamiste n’a présenté que 25 listes APW et 240 listes APC.
Durant la période consacrée à la préparation des listes électorales, la presse avait à plusieurs reprises rapporté des informations relatives aux difficultés rencontrées par ces partis pour la confection de ces dernières. Ces résultats ne constituent pas pour autant une surprise en soi.
La perte de vitesse des formations islamistes a commencé à être nettement constatée il y a plusieurs années déjà.
Ayant réussi à se place comme une force politique incontournable dans le pays, le MSP a connu son âge d’or vers la fin des années 90. Arrivé en bonne place aux élections communales de 1997, il obtient 14,80% de voix à cette époque mais en perd la moitié en route vers l’échéance de 2002 où il n’obtient que 7% du suffrage exprimé.
En 2007, une légère ascension lui permet d’obtenir 9,4% de sièges brigués. Ainsi placé, il parvient à se maintenir et faire entendre sa voix jusqu’aux élections (du même genre) de 2012 où sa perte de terrain se confirme. Les résultats officiels donnent 2,88% au MSP alors que l’alliance des trois partis qui s’est mise en place durant cette période peine à se placer dans l’échiquier politique (2,69%).
Les dernières élections confirment définitivement le déclin de la mouvance islamiste. Minée par des conflits internes qui ont phagocyté cette base même dont elle tirait fierté, mise à mal par la conjoncture régionale et internationale (dans son ensemble) dans laquelle les islamistes sont perçus comme générateurs des conflits qui ont mis à feu et à sang des pays que les Algériens connaissent bien, les leaders de ces formations peinent à maintenir la place qu’ils occupaient autrefois.
Le discours islamiste, son projet de société, ses méthodes de recrutement au sein d’une jeunesse désabusée et déçue y compris par ses «chouyoukhs» qui lui promettaient un idéal jamais atteint ne passent plus à l’évidence.
A. C.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site