Dimanche 26 novembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Abdelaziz Belaid :
«Nos résultats ne sont pas une surprise»


Pour le président du Front El Moustakbal, les résultats obtenus par son parti aux élections locales sont loin d’être une «surprise». D’ailleurs, il n’a pas hésité à qualifier sa formation politique de première force politique en Algérie.
Rym Nasri - Alger (Le Soir)
- Abdelaziz Bélaïd s’est réjoui, hier, des résultats réalisés par sa formation politique aux élections locales de jeudi dernier. Rappelant que le Front El Moustakbal a obtenu 71 communes et 131 sièges aux Assemblées populaires de wilaya, il assure que ces chiffres restent provisoires et sont appelés à connaître une hausse.
«Nous avons eu de grandes communes telles que Boumerdès, Rouiba, Dar El Beida, Baraki, Zeralda, Baba Hassen, Djanet et Illizi. Le plus grand nombre de communes obtenu a été à Alger, Chlef et Djelfa», détaille-t-il hier, lors d’une conférence tenue à Alger.
Ces résultats sont pour lui, loin d’être une «surprise» puisque explique-t-il, «le Front El Moustakbal a fait ses preuves lors des élections précédentes. Il y a également la réactivité des citoyens à notre programme et l’organisation du parti qui ont contribué à cette évolution».
N’hésitant pas à qualifier son parti de «première force en Algérie», le président du Front El Moustakbal précise que ces acquis ne sont pas le résultat de «surenchères» ni de «promesses mensongères». «Ils sont le résultat d’une politique propre et d’un discours sincère», dit-il.
Béelaïd dénonce par ailleurs, la «partialité» de l’administration lors du scrutin du 23 novembre dernier. «Les P-V qui étaient en possession de nos représentants dans les bureaux de vote ne reflètent pas du tout les résultats annoncés et les P-V finaux. Nous avons des recours à ce propos.»
Selon lui, de nombreux dépassements ont été enregistrés et beaucoup de techniques ont été utilisées pour frauder. Il évoque entre autres, la reconstitution des membres des bureaux de vote la veille du jour J, et le «dopage» des urnes. «De nombreuses voix ont été introduites à la fin de l’opération électorale. Il ne s’agit pas de cas isolés mais de plan général qui touche toute l’administration à travers le territoire national. Dans certaines wilayas, on a atteint un niveau où l’on ne distingue plus entre le parti et l’administration, entre le partisan et le responsable dans l’administration même si nombre de fonctionnaires agissent à contre-cœur», regrette-t-il.
Le Front El Moustakbal serait-il le prolongement du FLN ? Une question à laquelle le président du parti a tenu à préciser que certes, lui-même et nombre de cadres de son parti étaient militants du FLN. «Aujourd’hui, nous refusons d’être l’appendice du FLN actuel. Nous ne recevons d’ordres ni d’instructions de personne. Le Front El Moustakbal est un parti indépendant», dit-il.
S’agissant des présidentielles 2019, l’intervenant est clair : «le Front El Moustakbal n’est pas une association de bienfaisance encore moins une association de soutien. Nous sommes un parti politique et la décision de participation aux prochaines présidentielles sera tranchée lors de notre congrès prévu dans quelques mois».
Ry. N.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site