Dimanche 26 novembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Talaie El-Houriat
Première participation, premier revers


Première participation de Talaie El Houriat à des élections locales. Résultats : cinq APC et pas un siège dans les APW. Maigres résultats pour un parti présidé par un ancien candidat à la présidentielle. L’heure est au bilan.
Nawal Imès - Alger (Le Soir)
- Une expérience des plus amères. C’est ce que vient de vivre le jeune parti de Ali Benflis en n’obtenant qu’un très maigre butin à l’issue des élections locales. Ses candidats sont arrivés en tête dans cinq communes uniquement alors qu’aucune liste n’a obtenu de sièges au niveau des Assemblées de wilaya.
Les résultats sont tombés tel un couperet plongeant la formation de Benflis dans le doute. Avant même d’obtenir son agrément, Talaie El-Houriat avait annoncé la couleur, s’affirmant comme un parti résolument inscrit dans la modernité, bien décidé à imposer de nouvelles pratiques en utilisant les nouvelles technologies et les réseaux sociaux. Il est rattrapé aujourd’hui par une réalité implacable. Celle du terrain.
Son président n’en ignore rien. Il a été Premier ministre, a participé à l’organisation de plusieurs scrutins et connaît le système de l’intérieur. Il a été à deux reprises candidat aux élections présidentielles. En 2004 puis en 2014, il s’était présenté face à celui dont il a été le chef du gouvernement. Il s’est placé second avec en 2004 un total de voix estimé à 653 951, soit 6,42% des suffrages exprimés. En 2014, il améliore son score avec 12,18% des suffrages et un peu plus d’un million de voix.
Un capital sympathie qui n’a visiblement pas opéré au cours des locales. La situation était-elle prévisible ? Certainement pour une partie des membres de son comité central qui s’étaient opposés à la participation du parti aux locales.
A l’occasion de la quatrième session du comité central de Talai El-Houriat, 109 membres avaient dit non à la participation aux élections. La majorité avait néanmoins dit oui avec 134 voix en faveur de la participation. Les débats ont été houleux mais comme le veut la tradition démocratique, la décision revient à la majorité. Une décision que le parti va devoir évaluer au regard de la faiblesse des performances de ses candidats mêmes. Le parti s’appuiera certainement sur des arguments déjà développés avant même le début du processus électoral.
Le Bureau politique de Talaie El-Houriat avait donné le ton en commentant le rejet des listes proposées dans plusieurs wilayas affirmant que «le rejet massif de dossiers de candidature de notre parti pour des motifs fallacieux, rejets souvent confirmés par les juridictions de recours aux ordres, les intimidations des citoyens pour les dissuader d’accorder leur parrainage à ces listes, les abus de pouvoir et l’arbitraire ont constitué une barrière administrative quasiment infranchissable dans la plupart des wilayas du pays», ajoutant qu’il était «malheureusement conforté dans sa conviction, maintes fois exprimée, que le pouvoir en place persiste dans ses pratiques frauduleuses pour assurer sa survie, qu’il n’est pas disposé à rendre la parole au peuple souverain en organisant des élections propres et loyales et que le prochain scrutin, comme les précédents, portera les marques de la fraude électorale».
Le parti ne pourra cependant pas faire l’économie d’une analyse objective des résultats obtenus. Il y va de son devenir sur l’échiquier politique.
N. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site