Dimanche 26 novembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Bouira
Le temps des tractations


A Bouira, et à l’instar des autres wilayas du pays et au lendemain de l'annonce des résultats, les temps sont aux tractations pour former les majorités tant à l’APW qu’au sein des APC qui ne possèdent pas des majorités absolues et Dieu sait qu’elles sont pratiquement toutes concernées excepté pratiquement deux APC qui ont obtenu une majorité absolue ; l'APC d'Ath Laâziz qui est remportée par le RND avec 11 sièges sur les 15 mis en jeu, ou encore celle de Bir-Ghbalou qui possède autant de sièges et qui est remportée de la même manière par l’autre parti , le FLN, avec 11 sièges.
Cependant, au niveau des APC et à la faveur du nouveau code de la commune, le président de l’APC est issu automatiquement de la liste qui remporte une simple majorité, évitant par là même les fameuses tractations marathon où l’on a vu pendant les élections de 2012 des listes qui ont obtenu sept sièges sur quinze, se sont vu privées de poste de président d'APC parce que les autres listes qui ont obtenu respectivement, 4, 3 et 1 sièges, soit au total huit sièges, se sont liguées contre la liste ayant obtenu sept sièges et ont fini par élire un P/APC issu de leur rang. Aussi, grâce à la nouvelle loi organique 16-10 du 25 août 2016, notamment l’article 68, le P/APC est désormais issu de la liste ayant obtenu une majorité simple. Et c’est à la liste ayant obtenu cette simple majorité de composer à sa guise avec les autres listes pour former sa majorité écrasante et son exécutif. Et dans le cas où les autres listes ne veulent pas travailler avec la liste ayant obtenu la majorité relative, et après trois tentatives du P/APC de former le bureau et l’exécutif, la loi donne alors toute la latitude au P/APC de former son bureau et son exécutif à partir de sa liste et de travailler en toute tranquillité sans que personne, parmi les autres listes même majoritaires, puisse bloquer les délibérations ni travailler comme cela se faisait avant, dans le sens d’un retrait de confiance au P/APC. Cela étant dit, si pour les APC les choses se sont clarifiées depuis l’adoption de cette nouvelle ordonnance, il n’en est pas de même pour les APW qui sont restées telles quelles c’est-à-dire avec les mêmes articles contenus dans la loi électorale de 2011. Au sein de l’APW, si aucune liste n’a obtenu une majorité absolue, c’est-à-dire pour le cas de Bouira, si aucune liste n’a obtenu au moins 22 sièges, nécessaires pour avoir une majorité absolue pour cette assemblée de 43 sièges, le P/APW devra être élu au cours d’une plénière en se portant candidat comme chaque liste pourra le faire. Aussi, pour obtenir la majorité, des alliances sont nécessaires.
Pour le cas de l’APW de Bouira, ils sont cinq partis à y siéger désormais avec le FLN qui a obtenu 14 sièges, le RND 13 sièges, le FFS 6 sièges, et enfin, le RCD et TAJ, avec 5 sièges chacun. Aussi, présentement, ce sont les deux partis arrivés en tête qui sont concernés par les alliances avec les trois autres partis afin de former une majorité. Cela si l’on exclut une alliance entre les deux premiers, à savoir le FLN et le RND, les deux partis qui sont tous les deux intéressés par la présidence de l’APW. Or, sachant que tous les yeux sont rivés vers les sénatoriales de 2019, toute alliance entre ces deux partis qui sont tout deux intéressés par le poste de sénateur est impossible. Aussi, les partis du FFS, du RCD et du TAJ sont vivement sollicités par les deux partis pour essayer de former avec eux des alliances. Un jeu très serré où la surenchère bat son plein, tant les postes existants au sein de l’APW avec, si l’on excepte le poste de P/APW, quatre vice-présidences et six commissions. Mais, quand on sait que celui qui a dirigé la liste du RND n’est autre qu’un ex-président du BR du RCD, et quand on sait que même dans les wilayas de Tizi-Ouzou et de Béjaïa, les alliances ont toujours été faites entre le FFS et le FLN, même à Bouira, l’alliance entre le FLN et le FFS et présentement, le RCD, serait la plus probable. Mais comme la politique n’a jamais été une science exacte…
Y. Y.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site