Actualités : Selon les chiffres du gouverneur de la banque d’Algérie :
Les réserves de change sous la barre des 100 milliards de dollars


Les réserves de change de l'Algérie se sont établies à 97,3 milliards de dollars à la fin décembre 2017, a indiqué lundi le Gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Loukal. Les réserves de change étaient à 114,1 milliards de dollars à la fin décembre 2016, ce qui donne une baisse du matelas de devises de l'ordre de 16,8 milliards de dollars (mds usd) entre fin décembre 2016 et fin décembre 2017, a précisé M. Loukal lors de la présentation en plénière de la situation financière et économique du pays devant l'Assemblée populaire nationale (APN).
Pour rappel, le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, avait indiqué en octobre dernier que les réserves de change devraient s'établir à 85,2 mds usd à fin 2018 (l'équivalent de 18,8 mois d'importations), et à 79,7 mds usd en 2019 (18,4 mois d'importations) avant d'atteindre 76,2 mds usd en 2020 (17,8 mois d'importations).
Par ailleurs, la masse monétaire circulant hors circuit bancaire, c’est-à-dire l’argent thésaurisé, a reculé en 2017 par rapport à 2016, a indiqué, hier, devant l’Assemblée populaire nationale (APN), le gouverneur de la Banque d’Algérie (BA) Mohamed Loukal.
«La monnaie fiduciaire en circulation est estimée à environ 4.780 milliards (mds) de DA dont 1.500 mds de DA à 2.000 mds de DA représentent
l’argent thésaurisé des agents économiques», a-t-il précisé en présentant aux députés les rapports de la BA sur les évolutions financières et monétaires en 2016 et en 2017. «Cela montre clairement la nécessité que les banques commerciales introduisent la collecte de ces ressources considérables circulant hors les banques comme étant une priorité» , a-t-il préconisé.
Il a avancé, à ce propos, que la monnaie circulant hors circuit bancaire a reculé de 105 mds de DA en décembre 2017, à titre d’exemple, et ce grâce à l’application d’une directive de la BA concernant la domiciliation des importations destinées à la revente en l’état.
Cet argent bancarisé en un mois (105 mds DA) a permis, à lui seul, de faire augmenter les ressources bancaires de 172 mds de DA en décembre 2017, s’est-il réjoui.
Ainsi, le montant de la monnaie fiduciaire a baissé à 4.675 mds de DA à fin 2017 contre 4.780 mds de DA à fin septembre 2016.
Et en dépit d’un recul de 8% des dépôts du secteur des hydrocarbures, les dépôts bancaires ont progressé dans l’ensemble, en 2017 pour se situer à 9.602 mds de DA, selon M. Loukal.
APS



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2018/02/13/article.php?sid=2026&cid=2