Lundi 12 février 2018
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Kiosque arabe  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Culture : Album Anida-Kem ? d’Idris Belabbas
Le retour du rock kabyle


Ne cherchez plus en vain Anida- kem ? (Où es-tu ?). Le nouveau produit d’Idris Belabbas est disponible chez les disquaires branchés ! L’album du jeune chanteur, guitariste et percussionniste kabyle, est riche de sept chansons dont celle qui a donné sont titre à l’album.
Dans Ur d i yi-d-hedder fellas (Ne me parlez plus d’elle), la première chanson de l’album, l’artiste aborde le thème douloureux du chagrin d’amour. Le deuxième titre «Anida-kem» (Où es-tu ?) est comme un remords par rapport à celui de la chanson précédente. Ici, en tout cas, il est question de sentiments, de manque et d’absence. Rrundivu (Rendez-vous) entre dans le registre humoristique, même si elle aborde un sujet sérieux. Le morceau blues Nudeɣ-kem (Je t’ai cherchée) parle du passé.
Akka i yi-semman (ainsi on me nomme) est un titre funk, très personnel, qui parle du propre vécu de l’artiste. La sixième chanson, yettru wul (Cœur en pleurs), aborde certains problèmes et contraintes auxquels sont confrontés les jeunes dans la société algérienne. Asafu (Brandon), la dernière chanson de l’album se veut une petite analyse de certains sentiments et ressentis négatifs qui empoisonnent notre vie quotidienne, comme la jalousie, l’hypocrisie ou l’égoïsme.
Cet album est le fruit d’un travail collectif de longue haleine. «Nous avons passé une année à le réaliser, j’y ai introduit plusieurs sonorités et touché à plusieurs styles musicaux comme le folk rock ou le blues», explique Idris Belabbas. Ces sept compositions musicales reflètent les influences de Belabbas qui écoute, notamment, les Abranis, Cheikh Sidi Bémol et Ali Amrane.
Idris Belabbas est né le 25 juillet 1988 au village Ahriq, dans la région de Bouzeguène (wilaya de Tizi-Ouzou).
Il est dans la chanson depuis une dizaine d’années. Elevé dans une famille d’artistes, il a été bercé par la musique depuis sa plus tendre enfance. Dans le domaine musical, il a une préférence certaine pour le style occidental, notamment le folk rock.
«J’ai eu la chance de travailler avec Karim Abranis, je lui suis redevable de m’avoir permis d’assouvir ma passion», tient-il également à souligner. A travers son travail et cet album, Idris Belabbas vise plusieurs objectifs culturels et artistiques.
«Je veux transmettre ma langue aux autres, à plus de gens possibles, et intégrer de nouvelles sonorités et d’autres styles à la chanson kabyle. J’aimerais faire découvrir la musique universelle à ceux qui ne la connaissent pas encore.»
Anida-kem ? est produit pas New Music Edition. Est-ce le grand retour du rock kabyle ?
Kader B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site