Voir Tous
Rubrique
Constances

Abdenour Ali Yahia s’en va. Tabbou1. Tabbou2. Mahrez et le bonheur

Publié par Slimane Laouari
le 02.05.2021 , 11h00
3295 lectures

La semaine a été pénible. Ali Yahia Abdenour est décédé à l’âge de 100 ans. Sa longévité biologique et militante aura été exceptionnelle, sans doute en rapport à sa vie, sobre et entièrement destinée à l’essentiel : le combat d’idées et un idéal humain comme aboutissement. Combattant de la cause nationale puis militant pour des droits de l’Homme, Abdenour Ali Yahia a souvent rassemblé, rapproché, écouté et convaincu. C’est sans doute le respect qu’il a pu réunir autour de lui qui a fait que même ses quelques travers ont été perçus comme autant plutôt comme des compromissions que rien ne pouvait au demeurant présager. Dans sa disparition, on lui a rendu l’hommage du convaincu ou témoigné le respect de la différence qui a rendu toute sa dimension d’homme qui aura marqué son temps.
La semaine a été pénible. Il a beaucoup été question de Karim Tabbou(1) ces derniers jours et c’est le moins qu’on puisse dire. Il a commencé par servir un slogan de manifestation du Hirak où ça disait que le DRS est derrière la création du GIA et du MAK. Les réactions ont été différentes, selon qu’on soit son partisan ou non, bien évidemment. Mais il y a eu aussi qui ont coupé la poire — enfin, s’il y en a une —en deux ou comme on dit, ont adopté une posture intermédiaire. Tout est normal donc, sauf qu’on aura remarqué que du côté des pouvoirs publics, l’accusation, pourtant explosive et grave, ne semble pas indisposer outre mesure.
La semaine a été pénible, après avoir fait l’actualité avec son slogan du vendredi, Karim Tabbou(2) est donc revenu au-devant des sunlights. Cette fois-ci, il a littéralement explosé le buzz au cimetière de Ben Aknoun où on enterrait Abdenour Ali Yahia. La présence à la cérémonie d’un fonctionnaire de la présidence chargé des droits de l’Homme n’a pas été du goût de Karim Tabbou qui s’est donc donné le… droit de s’en prendre violemment à lui, le sommant de quitter les lieux. Les réactions ont été du même ordre que dans le cas précédent. Une différence de taille, cependant : la réaction des services de l’État a été aussi rapide qu’inattendue. Karim Tabbou a donc été interpellé, ce qui a suscité des réactions un peu spéciales. La justice algérienne a ce don de faire aimer des gens à d’autres gens qui ne les… aiment pas beaucoup. Pas du tout, même !
La semaine a été moins pénible. Le Barça n’étant plus là pour entretenir la rivalité traditionnelle en Ligue des champions à… l’algérienne, c’est vers le club de Ryad Mahrez que nos compatriotes se sont tournés. Et ça tombait vraiment bien, avec un kit explosif. En Algérie, on n’aimait déjà pas beaucoup le PSG auquel on préfère l’OM pour cause de proximité culturelle et de… proximité tout court. L’aversion s’est aggravée avec l’arrivée de Qataris dont on connaît la « cote » en Algérie. Et puis, peut-être, l’essentiel, il y avait Mahrez qui plus est a marqué un but et marqué ce match. Un vrai bonheur.
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir