Rubrique
Constances

Ces énormités devenues certitudes

Publié par Slimane Laouari
le 14.11.2019 , 11h00
2442 lectures

Devant une caméra et un micro, un  médecin installé à l’étranger jurait, il y a deux jours, par Dieu et tous ses saints que le praticien algérien, mis dans de bonnes conditions, est capable de faire des miracles. On a tellement entendu ça qu’on se demande si le brave toubib, manifestement mû par de bonnes intentions, n’est pas quand même dans l’approximation que le nivellement par le bas et la paresse intellectuelle ont fini par consacrer comme certitudes, si ce n’est des trouvailles de génie. Comme si nous avions un problème de génétique, nous avons consenti à nous poser des questions qui… ne se posent pas et d’y apporter les réponses les plus accommodantes. Personne n’a douté un jour que dans tous les pays du monde, un médecin qui a une bonne formation, travaille et vit dans de bonnes conditions peut accomplir correctement sa mission. S’il est doué et engagé, il peut faire plus et pourquoi pas des… miracles, si tant est que ça existe en médecine. Les choses étant ce qu’elles sont en la matière dans notre pays, c’est donc naturellement que les médecins algériens partis ailleurs ont quasiment tous refait — certains entièrement— leur formation ! Avant d’intégrer un environnement professionnel qui, avec ses infrastructures, sa logistique et son management leur offre les conditions de la performance scientifique et de l’utilité humaine. Une évidence ? Certainement mais c’est rarement ainsi qu’elle est perçue, tellement on nous a appris à lâcher la proie pour l’ombre et de faire des aberrations, quand ce n’est pas des «énormités», des certitudes. L’Algérie serait ainsi «le plus beau pays du monde», alors que télés et autres médias nous donnent chaque jour à voir les merveilles du monde. Nos reliefs et nos plats sont ce que la nature nous a donné et dans le meilleur cas, nous n’en avons pas fait grand-chose. Depuis des lustres qu’on nous bassine avec 1200 kilomètres de côte, très peu savent que le «petit voisin de l’Est» en possède plus. Riche en pétrole ? La Libye en produit le double de l’Algérie ! Champions de l’huile d’olive ? Nous ne sommes que le… onzième  producteur mondial et notre huile est quasiment invendable sur le marché international en raison des paramètres de qualité. Une nation de foot ? Oui mais nous n’avons pas une seule pelouse jouable. Nous serions génétiquement… violents et ce sont… nos colères qui en auraient donné la preuve, pas l’intolérable seuil des dénis vécus, pas l’absence de cadres d’expression, pas l’autisme des gouvernants… Il paraît que le soulèvement populaire a «démontré» que nous sommes des pacifistes. Mais les Algériens, comme tous les peuples du monde, aspirent à la paix et agissent souvent en conséquence ! Il n’y a pas de communauté humaine plus paisible que l’autre, ce sont les conditions dans lesquelles s’expriment les colères qui diffèrent. Une évidence ? Certainement mais on a mis longtemps pour le réaliser, nous étions dans l’énormité élevée au rang de certitude.

S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.